Recherche personnalisée

samedi 30 juillet 2016

L'Occident terroriste - D'Hiroshima à la guerre des drones



Dans ce livre, Noam Chomsky s'entretient avec le réalisateur et journaliste d'enquête Andre Vltchek sur la puissance de l'Occident et son appareil de propagande. « L'Occident terroriste » constitue une excellente introduction à la pensée politique de Chomsky et une lecture éclairante sur le véritable rôle de l'Occident dans le monde. S'ouvrant sur l'histoire du kiosque à journaux de New York où le jeune Chomsky a commencé à faire son éducation politique, la discussion s'élargit progressivement sur des sujets tels que le colonialisme et le contrôle impérialiste, la propagande et les médias, la puissance et le déclin des États-Unis. Les auteurs critiquent de façon magistrale l'héritage du colonialisme et l'exploitation des ressources naturelles par l'Occident en effectuant un retour sur les grands événements qui ont jalonné le XXe siècle. Ce livre d'entretiens est une bouffée d'air frais pour tous ceux et celles qui refusent de se laisser gagner par le cynisme et la déception devant l'état du monde actuel.



www.amazon.fr

Arabie Saoudite, Qatar et USA : les principaux parrains du terrorisme

vendredi 29 juillet 2016

Le FLNC du 22-octobre menace les "islamistes radicaux"

Le Monde Diplomatique Aout 1992


« L’Algérie à la dérive »


L’arrêt du processus électoral [en janvier 1992] n’était pas seulement contre le FIS mais aussi contre le FLN ; et la politique des six derniers mois engagée sous la présidence de Mohamed Boudiaf était assurément autant une tentative de se débarrasser du FIS que du FLN (ne dit-on pas que l’un est le fils de l’autre ?).
Mohamed Boudiaf, en six mois de travail acharné et de communication intensive avec toutes les couches de la population, commençait à réconcilier les Algériens avec leur Histoire et avec leurs langues. Il commençait surtout à réconcilier la jeunesse avec sa terre natale et avec la vie.

https://www.monde-diplomatique.fr/1992/08/A/44641

Benyoucef Mellouk, le lanceur d'alerte made in Algérie

samedi 9 juillet 2016

El Watan - Samedi 9 juillet 2016


Ce sont plutôt les Français qui aujourd'hui accusent les Algériens de torturer et de violer les Algériens, notamment au cours de la décennie dite « noire ». Ils ne ratent aucune occasion pour médiatiser ces cas quand ils existent.

lundi 4 juillet 2016

Khalida Toumi il n'y a pas d'argent des generaux dans khalifa bank (2003)


Selon la ministre de la Communication de la Culture, porte-parole du gouvernement, les opérations de recherches des 31 touristes étrangers disparus dans le désert se poursuivent sans qu'aucune piste soit écartée même si Khalida Toumi se refuse d'évoquer l'hypothèse de l'enlèvement.

Samar Smati - Alger (Le Soir) - " C'est une affaire très sérieuse, il y va de la vie de gens. L'Etat algérien a mobilisé tous les moyens disponibles. Aucune piste n'est écartée et toutes sont examinées avec beaucoup de sérieux", a indiqué Mme Toumi lors d'une conférence de presse au Centre international de presse, hier. La porte-parole du gouvernement a toutefois précisé les conditions difficiles et compliquées dans lesquelles se déroulent les recherches. " A chaque fois que des touristes ont signalé leur arrivée au Sahara aux autorités, qu'ils ont fait appel à des agences ou des guides qui connaissent la région, il n'y a pas eu de problème. Il ne faut pas oublier que le Sahara algérien est un immense territoire, rien que le parc du Hoggar est équivalent à la France entière. Mais l'Etat travaille en collaboration avec tous les Etats dont sont issus les touristes disparus ".

Interrogée sur l'affaire Khalifa, Mme Toumi a précisé que le problème de Khalifa Bank est au niveau de la Banque d'Algérie et de la justice. " L'argent déposé appartient à des entreprises et des organismes publics et privés. Il n'y a pas d'argent appartenant aux généraux dans Khalifa Bank ". Les informations relayées par les médias français font partie, d'après la porte-parole du gouvernement, d'une campagne de dénigrement de l'Algérie qui remonte au moins aux années quatre-vingt-dix. Khalida Toumi a annoncé, par ailleurs, plusieurs mesures en application de la constitutionnalisation de la langue tamazight : la création d'un centre d'aménagement linguistique de la langue tamazight pour la prochaîne rentrée universitaire et scolaire. " C'est une avancée considérable, c'est ce que le Mouvement culturel berbère attend depuis avril 1980. Son décret exécutif est prêt, il est au niveau du secrétariat général du gouvernement. Ce centre aura des compétences scientifiques, celles des académiciens, avec des sociologues, des historiens, des linguistes ... ", a précisé Khalida Toumi. Dans le même registre, elle a annoncé la régularisation des enseignants en langue tamazight, que ce soit au niveau des statuts ou des salaires. Ainsi que la mise en place au niveau de la commission pédagogique, de programmes d'enseignement de langue tamazight et la formation dès le mois de septembre prochain d'enseignants dans cette langue au niveau des instituts de formation des enseignants.


Quant au Conseil de gouvernement, tenu hier sous la présidence du chef du gouvernement, il avait cinq points à l'ordre du jour. Les ministres ont adopté deux avant-projets de loi : celui relatif aux règles générales applicables aux opérations d'importation et d'exportation de marchandises. Il consacre le principe de la liberté du commerce extérieur sauf exception qui relève de la sécurité sanitaire, de la protection de la faune et de la flore ainsi que celle de la protection du patrimoine culturel. Le second projet de loi est relatif à la programmation judiciaire et à la réforme de la justice. Les ministres ont également examiné les avancées dans la réalisation du nouvel aéroport d'Alger. Trois contrats ont été attribués, un à Aéroport de Paris engineering pour la réalisation des travaux d'une durée de 35 mois et demi, un autre à une entreprise mixte algéro-allemande Saeti Doresh Consult d'une durée de réalisation de 24 mois et le dernier à une entreprise chinoise de génie civil CSEC avec un délai de réalisation de 18 mois. Le montant total du marché (étude, réalisation, suivi et contrôle) est d'un peu plus de 100 millions de dinars.

Le nouvel aéroport devrait être livré dans un délai effectif de 24 mois.

Le Soir d'Algerie Mardi 22 avril 2003
Recherche personnalisée