Recherche personnalisée

vendredi 27 mars 2015

Habiba Djahnine, auteure de "Fragments de la maison"




Extrait :
« Je resterai éveillée jusqu’à l’aube
Je protègerai ton sommeil
Des bruits nocturnes
J’éloignerai la guerre et l’identité
Je construirai les fragments de la maison
Pour étaler les feuilles de poésie
Je laisserai l’automne s’absenter de nos vies
J’attendrai le printemps pour planter un acacia »

www.editions-brunodoucey.com

lundi 16 mars 2015

Il y a 22 ans, Djilali Liabès était lâchement assassiné

L’université de Sidi Bel Abbès commémorera, aujourd’hui, le vingt-deuxième anniversaire de l’assassinat du Pr Djilali Liabès dont elle porte le nom depuis 1996.

l’occasion, un colloque sur la vie, l’oeuvre et le parcours militant du Professeur Djilali Liabes, lâchement assassiné le 16 mars 1993, à quelques mètres de son domicile à Kouba (Alger), se tiendra à l’auditorium de l’ex-Institut d’agronomie (ITMA), selon le rectorat de l’université.

Plusieurs communications sont à l’ordre du jour de cette manifestation et seront animées par M. Chakroun Djilali et M. Bourahla Allal. Né en 1948 à Sidi Bel Abbés, Djilali Liabes a fait ses études primaires et secondaires dans sa ville natale, notamment au lycée Azza Abdelkader (ex- lycée El Djala) où il a obtenu son baccalauréat en série Lettres en 1967.

Ses études supérieures à l’université d’Alger lui ont permis d’obtenir une licence en philosophie et en sciences sociales, puis de décrocher un doctorat 3e cycle et un doctorat d’Etat en littérature et sciences humaines. Il a été désigné ministre des Universités en 1991, puis ministre des Universités et de la recherche scientifique en 1992. Le défunt a occupé, par ailleurs, le poste de ministre de l’Education nationale par intérim de juin à octobre 1992. Nommé, en octobre 1992, directeur de l’Institut des Hautes Etudes Stratégiques Globales, il a notamment présenté un rapport d’analyse sur les « Perspectives de développement de la société algérienne». Cet institut fut sa « dernière halte professionnelle ». Ses travaux se sont intéressés, en particulier, à l’aspect économique, précisément au secteur privé et aux entreprises publiques à la fin des années 1960 pour diriger, ensuite, et pendant quelques années, plusieurs études au niveau du CREAD. A son actif de nombreuses productions littéraires, Djilali Liabès a été l’auteur, entre autres, de «Les pays du Tiers Monde et la nouvelle organisation mondiale », « La quête de la rigueur » et « Capital privé et patrons d’industrie en Algérie (1962-1982) : propositions pour l’analyse de couches sociales en formation ». L’université de Sidi Bel Abbès a, précisons-le, acquis son statut d’université en 1989 après qu’elle fut un centre universitaire dont l’activité a débuté en 1978.

M. Abdelkrim
El Watan - Lundi 16 mars 2015
Recherche personnalisée