Recherche personnalisée

dimanche 24 mai 2015

Henri de Sarrauton La Question Algerienne 1920


Des idéologues rêvent d'une Algérie sans Algériens. Henri de Sarraulon résume, en 1801, leurs propos extrémistes.

Jamais les indigènes n’accepteront les mœurs européennes. Jamais ils ne rechercheront la nationalisation française, et si vous vouliez la leur imposer, ils la repousseront de toutes leurs forces. Leur religion leur interdit formellement et explicitement d'adopter nos institutions civiles et politiques, car le Coran est a la fois leur code religieux, leur code civil et leur code politique. Ce que vous appelez les bienfaits de la civilisation française, ce sont a leurs yeux, des hérésies qui leur inspirent la plus profonde horreur. Pour assimiler l'indigène, il faudrait donc, tout d'abord, l'arracher a l'influence du Coran, le convertir au christianisme. Or, c'est un fait d'expérience que le musulman ne se convertit jamais de son plein gré. Tous les missionnaires, qui depuis des siècles, essayent de catéchiser les pays musulmans, y perdent leurs peines et leurs discours. Il faudrait employer la contrainte. Eh bien, conçoit-on le Gouvernement français tolérant et libre penseur, établissant ici l'Inquisition comme l'a fait le roi Ferdinand après la conquête de Grenade ? Evidemment c'est impossible. L'assimilation est donc une chimère. Il faut refouler ce peuple de proche en proche et le remplacer successivement et systématiquement par une population française. L'Algérie ne deviendra réellement française qu'à ce prix.

HENRI SARRAUTON
La question algérienne
Oran, 1891.


Question algérienne. (15 juin 1891.)
Question algérienne. (15 juin 1891.)
Source: gallica.bnf.fr

Recherche personnalisée