Recherche personnalisée

dimanche 26 avril 2015

Yasmina Khadra et les massacres de l'Armee Algerienne


« Je suis le témoin, l'analyste et l'écrivain »
Il considère qu'il ne fait pas de propagande.

Forte présence politico-militaire hier au Sofîtel d'Alger. Et pour cause, l'auteur Yasmina Khadra, alias l'ex-commandant Mohammed Moulesshoul, y a donné une conférence débat avec la presse et les « admirateurs » de l'auteur de Morituri. Son dernier livre, L'imposture des mots, il le voulait « une mise au point » pour répondre aux reproches des médias français et une « conjuration » du sort fait à ce « bidasse qui débarque à Paris et qui, à un certain moment, devient un pestiféré » parce ce qu'il a « défendu une institution injustement bafouée ». L'Ecrivain, son avant-dernier livre, avait coïncidé avec la parution des livres de Souaïdia et de Yous Nasserallah qui accusaient l'armée algérienne d'être derrière les massacres de civils. Yasmina Khadra a déclaré, hier, qu'il publiera en décembre un nouveau roman qui n'aura pas pour lieu l'Algérie, « pour dire l'Homme où qu'il soit », explique-t-il et c'est en septembre prochain que la traduction arabe de L'Ecrivain sortira sous la houlette d'Omega-diffusion en collaboration avec les éditions Barzakh à l'occa-sion du Salon international du livre d'Alger. « Je suis retourné en Algérie pour voir mes amis les militaires, des copines et des copains » a-t-il souligné avant d'ajouter : « Je suis là pour me ressourcer. » Un colonel, ancien collègue de Moulesshoul, a pris la parole pour lui dire : « Tuas pu extérioriser ce que nous avions vécu ensemble, c'était une sorte de libération. » Répondant à une ques-tion, Yasmina Khadra considère qu'il ne fait pas de propagande. « Je suis le témoin, l'analyste et l'écrivain », assène-t-il.

Yasmina Khadra a Alger Expression lundi 8 avril 2002
Recherche personnalisée