Recherche personnalisée

dimanche 5 avril 2015

Rencontre avec Mohamed Sari

À l'occasion d'une cérémonie de présentation de son dernier ouvrage La Tumeur, éditions El-Ikhtilef, organisée au cyber Arts et Culture, l'auteur du livre, Mohamed Sari, a bien voulu répondre à quelques-unes de nos questions.

LIBERTÉ : Qui est Mohamed Sari ?

M. SARI : Je suis romancier et professeur à l'université, auteur de plusieurs livres, à savoir kla Djibal Éihahra, El Bitaka essihria, Essair, ainsi que Le labyrinthe, roman écrit en français, édité aux éditions Marsa et qui est une traduction libre de mon dernier ouvrage El Warm (La tumeur).

Dans ce roman, vous parlez de terrorisme. Quel a été le déclic qui vous a poussé à écrire sur la question ?

Pendant les années noires des attentats terroristes, partout où il m'est arrivé de voyager, une question se répétait souvent : comment les Algériens peuvent semer la mort aussi sauvagement en égorgeant, en plaçant des bombes dans les lieux publics, en assassinant avec traîtrise des intellectuels et des journalistes. En vérité, ce n'était pas seulement les étrangers qui posaient cette question lancinante mais une grande partie des Algériens ne comprenait pas ce qui se passait. Ils n'arrivaient pas à admettre que des Algériens, de surcroît musulmans comme eux, puissent se métamorphoser en ogres sanguinaires, au nom de cette religion qu'ils respectent et vénèrent depuis des siècles, C'est à partir de cette question lourde de sens que j'ai moi-même entrepris d'y répondre en plongeant dans le vécu enchevêtré, labyrinthique du quotidien d'un village algérien afin d'apporter une écriture que je souhaite éclairante avec les éléments que j'ai pu réunir.



Sur quelles bases avez-vous mis en œuvre votre roman ?

La vérité est multidimensionnelle, disent les philosophes. En suivant cet adage, je me suis efforcé de mettre en relief les profondes motivations! religieuses, psychologiques, sociologiques, politiques, économiques, historiques qui peuvent transformer les hommes en assassins professionnels, À partir de cette idée, j'ai imaginé cette histoire dont la majorité des faits appartient plus à la réalité qu'à l'imaginaire.

En définitive, s'il fallait définir sommairement votre œuvre, comment le feriez-vous ?

Eh bien, je considère mon ouvrage comme étant un témoignage direct de la tragédie algérienne mais aussi une contribution pour comprendre et cerner les contours multiples de cette tragédie.

Toutefois, je tiens à préciser que mon travail en tant qu'écrivain, a été aussi d'éviter la technique du reportage journalistique en façonnant une histoire imaginaire qui est le propre du roman avec des ingrédients connus comme la gradation, le conflit, les surprises ...

Anissa Berzane
Liberte Dimanche 2 juin 2002

www.vitaminedz.com La Tumeur de Mohamed Sari, (Roman) ­ Éditions El­Ikhtilef, Alger, 2002



Dans son dernier livre, l'auteur Mohamed Sari nous entraîne neuf années en arrière, pendant les années noires des attentats terroristes dans un petit village à une trentaine de kilomètres d'Alger.
Le protagoniste principal du roman est un jeune islamiste qui, à sa sortie de prison dans un camp d'internement au Sahara, est contacté par ses anciens camarades, A partir de ce moment, ce sera la descente aux enfers pour cet homme qui sera déchiré entre ses propres convictions et la menace du groupe terroriste. L'endoctrinement se fera sournoisement sans qu'il se rende compte. Il se métamorphose graduellement en véritable terroriste qui tue et justifie le crime.
A travers l'histoire de ce personnage et plusieurs autres, qui appartiennent à deux camps opposés (les gendarmes et les islamistes armés) l'auteur a voulu saisir les motivations profondes du conflit tragique algérien à savoir les abus de pouvoir, la torture de 88, les élections législatives, la mal-vie des jeunes.

A. B.


Recherche personnalisée