Recherche personnalisée

samedi 13 avril 2013

Algerie, l'enfance martyrisee de Mostefa Khiati

Ecrivain depuis une vingtaine d'années, le Professeur Khiati a mis sa plume au service de la santé publique, dévoilant ainsi son dévouement à la cause humaine.

Professeur en pédiatrie, responsable de la Fondation nationale pour la promotion de la santé et le développement de la recherche LA FOREM, le Pr Mostefa Khiati est sans conteste, le relais de Belkhenchir et de Boucebsi

Écrivain, depuis les années 80, auteur d'une dizaine de titres médicaux, les œuvres du Pr Khiati ont toujours été profondes et exhaustives. Parues majoritairement chez des éditions nationales dont l'OPU, l'ENAG, l'ENAL, DAHLEB et PANER les œuvres du Pr Khiati sont très prisées en milieu médical algérien.

Cependant, l'œuvre maîtresse de ce médecin pourrait être sa dernière production, Algérie : l'enfance blessée, les enfants de Bentalha racontent, parue récemment chez Barzakh édition.



Présentée samedi dernier à l'occasion de la Journée mondiale de l'enfance à l'hôtel El-Djazaïr par Sofiane Hadjadj des éditions Barzakh et du Pr Mostefa Khiati, le responsable de Barzakh éditions dira à ce propos quelques mots : " Je me trouve en droit de dire en ma qualité d'éditeur, que notre maison d'édition, bien qu'orientée vers la littérature générale, n'a pas hésité pourtant à éditer ce livre pour les raisons suivantes : En premier lieu, ayant moi-même habité Bentalha durant les années 90, mon regard n'a pu être qu'affectif à l'égard de ses témoignages.

La deuxième raison est plutôt d'ordre moral, car cet ouvrage est un témoignage de la situation de violence à l'égard de l'enfance. Cette frange de la société, est dépourvue de moyens de défense. Ces deux raisons pourraient être suffisantes. Cependant il y a également le contenu de cette œuvre -, il raconte les soins apportés par ce centre implanté à Bentalha, le devenir de ces enfants et l'histoire de la violence en Algérie en tant que fléau social existant depuis des années. L’œuvre fait également des rappels afin de ne pas faire d'amalgames et d'éviter d'aboutir sur des conclusions hâtives. Aussi, l'auteur s'est permis, en tant que médecin, de proposer des solutions ". Le Pr Khiati dira pour sa part : " Ce livre est véritablement, comme l'a souligné André Ruffo (juge pour enfant, d'origine canadienne et membre fondateur du Tribunal international des droits des enfants), un cri du cœur. C'est un travail échelonné sur quatre ans et qui a débuté au lendemain du drame de Bentalha ".

L'auteur a, par ailleurs, insisté sur le but de ce livre qui était de montrer le suivi des enfants et de la tragédie de Bentalha, ainsi que d'autres enfants algériens ayant subi les mêmes violences. Le Pr Khiati a fait remarquer que sur l'ensemble des enfants algériens victimes du terrorisme, 5% uniquement étaient suivis et encadrés par des structures médicales. Les autres, dont bon nombre sont devenus déjà adultes, n'ont bénéficié d'aucune prise en charge, et la question cruciale à laquelle il faudra penser, observera l'auteur, c'est comment ses enfants d'hier, victimes du terrorisme, sont devenus adultes aujourd'hui.

DIAOUIDA ABBAS
Liberté mardi 4 juin 2002


Recherche personnalisée