Recherche personnalisée

jeudi 15 novembre 2012

Musulmanes Celebres : Wallada, Hafsa, Zaynab Al Nafzaouiya

L'OUEST du monde musulman connut aussi des femmes admirables. On sait par de nombreux auteurs que dans l'Espagne musulmane, les femmes jouissaient d'une grande liberté et que beaucoup d'entre elles s'illustrèrent par des oeuvres d'art d'une grande valeur.

On ne peut manquer de citer en premier lieu, la célèbre Wallada, qui était fille de calife et qui mourut entre 1087 et 1092 de l'ère chrétienne. Elle est l'auteur d'un grand nombre de poèmes d'amour que les hommes et les femmes de son époque récitaient.

Elle tenait un cercle littéraire à Cordoue que fréquentaient les intellectuels et surtout les poètes. Elle fut aimée par plusieurs hommes et elle en aima également, mais elle refusa toute sa vie de se marier et elle mourut, fait extrêmement rare chez les musulmans, célibataire. Elle avait, suivant la mode qui régnait à l'époque, brodé des vers sur les manches de sa robe. Sur la manche droite elle avait écrit : " Par Dieu, je suis capable de faire de grandes choses, je suis sur mon chemin armée de fierté ! ", et sur la manche gauche, celle placée du côté du coeur : " J'offre à celui que j'aime la surface de ma joue et mon baiser à quiconque le désire ! ".



Elle échangea de nombreux poèmes d'abord avec le célèbre poète de l'Andalousie, Ibn Zaydoun puis, avec d'autres hommes qui s'éprirent d'elle.


Une autre poétesse célèbre de l'Espagne musulmane fut Hafsa, la fille d'al-Hadjdj qui mourut vers 1190 de l'ère chrétienne. Elle est connue pour sa très longue histoire d'amour avec le poète Abou Djaâfar Ibn Saïd. Elle vivait dans une société beaucoup plus austère que celle de Wallada (l'Espagne était en effet dominée par les Almoravides puis les Almohades) mais elle prenait la liberté de se rendre chez son bien-aimé et de proclamer ouvertement son amour. D'ailleurs tous les poèmes qui nous parvinrent d'elle avaient pour thème la beauté et l'amour.

La dernière partie de sa vie fut tragique. Le gouverneur Almohade de la ville de Cordoue, nouvellement installé s'éprit d'elle, bien qu'il fut beaucoup plus jeune qu'elle. Il l'emmena, dans une députation au Maghreb, auprès de son père, le calife et la lui présenta. Hafsa improvisa aussitôt un poème pour changer les louanges du calife.

En Espagne, apprenant la liaison de Hafsa avec le gouverneur (il s'appelait Abou Saïd Othman), Ibn Saïd lui adressa des vers pleins de reproches : " Comment as-tu pu t'amouracher de ce noir ?

La mère d'Abou Abou Saïd, était en effet d'origine saharienne et il avait hérité de son teint foncé. Le gouverneur le fit jeter en prison, puis le fit crucifier. Hafsa ne craignit pas de porter son deuil et elle renonça à la poésie.




La Maghreb compta également des femmes de caractère. Nous retiendrons le nom de Zaynab Al Nafzaouiya, de la grande tribu berbère des Naf-zaoua qui habitait le sud de la Tunisie. Elle avait épousé le sultan d'Aghmat, ville florissante du sud marocain, capitale d'un Etat berbère dominé par la confédération des Maghraoua. On rapporte que le sultan, Laqquout Ibn Youcef, avait été subjugué par la beauté de la jeune femme, mais aussi par son intelligence vive et sa très forte personnalité. D'ailleurs, elle lui servait de conseillère et orienta ses décisions dans de nombreuses affaires politiques.

En 1050 de l'ère chrétienne, la ville d'Aghmat fut conquise par les Almoravides, conduit par Youcef Ibn Tachfin et Abou Bakr Ibn Omar. Laqqout fut tué au cours de la conquête de sa cité. Abou Baka, subjugué par la Tunisienne demanda sa main. Il vécut quelque temps avec elle puis, laissant le commandement d'Aghmat à Youcef, il l'a lui fit épouser, après l'avoir, selon la loi musulmane répudiée. Zaynab garda définitivement ce mari jusqu'à la mort. Selon les historiens et le biographes de Youcef Ibn Tachfin, elle joua un rôle politique de première importance. On pense même qu'elle accompagna son mari en Espagne, lors des grandes expéditions contre les chrétiens, mais ce fait n'est pas confirmé.

S. M. BENHAMMAD

Liberté lundi 5 janvier 1998

fr.wikipedia.org - Wallada
books.google.dz - Wellâda, princesse andalouse (Rabia Abdessemed)

Recherche personnalisée