Recherche personnalisée

mercredi 7 novembre 2012

L'Islam et l'Occident chretien de Chems Chitour

Des rancunes historiques

La recherche de la tolérance ne peut faire l'économie d'une connaissance mutuelle, condition impérative d'une compréhension et, au bout du compte, d'une levée des préjugés et de l'acceptation des différences.

Il y a un peu plus de trois ans, Casbah-Éditions publiait un ouvrage du professeur Chems Eddine Chitour au sujet duquel nous écrivions qu'il se voulait " un autre regard sur le passé de l'Algérie, différent par la démarche et par l'intention de celui de l'historien» (1).

En fait, sans aller jusqu'à affirmer, parodiant Clemenceau, que l'histoire est une affaire trop sérieuse pour qu'on la confie aux seuls historiens. Il s'agissait d'effectuer une lecture des événements ayant jalonné le parcours de l'Algérie qui, sans être celle d'un spécialiste — et peut-être pour cette raison — permet de dégager des axes de réflexion, d'ouvrir des pistes d'investigation, voire d'induire des enseignements jusque-là inédits. Le même auteur, sans doute instruit des attentes du lecteur par cette première incursion dans un domaine où son itinéraire universitaire et sa formation ne le destinaient pas à mettre le pied, a décidé d'investir un autre domaine de recherche peu éloigné du précédent et se rattachant à la même discipline. Il suffit de lire le titre de ce volumineux ouvrage (*) pour mesurer l'ampleur du sujet et, en conséquence, aussi bien l'ambition de l'auteur que la somme monumentale de travail par laquelle il s'est employé à la réaliser. On n'est plus sur les territoires réservés à l'historien car l'intention première ne se limite pas à évoquer des événements. Cette intention première, est-il nécessaire de noter, est exprimée par le sous-titre de l'ouvrage : Pour une quête de la tolérance. Et c'est bien le rappel d'un certain nombre d'observations relevant de l'histoire événementielle mais également de celle des courants idéologiques d'essence profane ou religieuse qui balise le cheminement vers un tel objectif. La recherche de la tolérance ne peut faire l'économie d'une connaissance mutuelle, condition impérative d'une compréhension et, au bout du compte, d'une levée des préjugés et de l'acceptation des différences. Voici qui éclaire la démarche du professeur Chitour qui, en homme de science (2), ne pouvait ignorer que toute démonstration repose sur une maîtrise méthodologique.

Chems Chitour
Les seuls titres des 21 chapitres représentant la substance de cette magnifique contribution à la compréhension d'une problématique qui domine aujourd'hui la relation entre les hommes et les nations rendent compte de la difficulté de la mission que s'est assignée l'auteur. On imagine, en effet, l'énorme masse d'écrits de tous horizons dans laquelle il a fallu conduire une minutieuse recherche de réponses probantes aux milliers de questions petites et grandes relatives à l'histoire tumultueuse de l'humanité.

En fait, nonobstant les limites que suggère le premier volet du titre de son ouvrage, le professeur Chitour ne s'en est pas tenu à la relation islam-christianisme dont on. sait à quel point elle fut — et demeure dans une large mesure — conflictuelle, les Croisades ne constituant qu'une illustration partielle de cette rivalité irréductible liée moins aux dogmes et autres considérations spirituelles qu'à des intérêts - bien terrestres et concrets. Il intègre dans son champ d'investigation le judaïsme, le bouddhisme, les védas et l'hindouisme, le jinisme, le manichéisme, le dessein étant, au-delà des caractéristiques et spécificités de chacune des croyances, de montrer certes, d'une part, que la perception de l'islam par le monde chrétien est entachée de préjugés négatifs, et d'autre part que toutes les religions sont ou peuvent être " instrumentalisées ", c'est-à-dire mises au service de projets politiques ou de visées économiques sans aucun rapport avec quelque divinité que ce soit.



Il est difficile de rendre compte de façon exhaustive du travail présenté ici par le professeur Chitour, tant celui-ci aura " ratissé large ". Il ne s'agit ni d'une compilation ni d'un plaidoyer pour l'islam. Aussi, mérite-t-il d'être " exploré " résolument, ce qui n'a, du reste, rien de fastidieux. D'une lecture tellement aisée qu'on s'y engage comme dans celle d'une bonne intrigue littéraire, le texte qu'un découpage particulièrement pertinent en courts chapitres et sous-chapitres rend moins massif, permet de glaner plus d'une information utile, de lever de nombreuses ambiguïtés et d'écarter bien des idées reçues.

M. A. (Liberté dimanche 6 mai 2001)

(*) Chems Eddine Chitour, l'Islam et l'Occident chrétien, pour une quête de la tolérance. Casbah-Éditions, Alger, 2001, 448 p.
(1) Algérie, le passé revisité, même auteur, même éditeur, 1998, 325 p.
(2) L'auteur est docteur ingénieur de l'Université Alger et docteur en sciences physiques de l'Académie de Lyon.

oumma.com - Chems-Eddine Chitour
french.irib.ir - la réalité du "Printemps Arabe", par Chems Eddine Chitour


Recherche personnalisée