Recherche personnalisée

dimanche 4 novembre 2012

La sale guerre, histoire d'une imposture de Mohamed Sifaoui

Le journaliste Mohamed Sifaoui revient sur la naissance scabreuse et douloureuse d'un livre devenu un best sellers d'un nouveau genre littéraire.

Il s'agit de La sale guerre, de Habib Souaïdia qui a bénéficié d'une médiatisation démesurée, plaçant ainsi ce livre dans les meilleures ventes françaises et étrangères, en Italie et ailleurs où plusieurs traductions ont été faites.

Le livre qui se veut comme un témoignage, a ravivé une polémique qui n'a cessé de faire du tort au pays le " Qui tue qui ", écrit par le lieutenant Habib Souaïdia qui accuse en grandes lignes l'armée algérienne d'être derrière tous les massacres en Algérie, provoquant ainsi un scandale dans les milieux éditoriaux français et coûtant à Souaïdia une condamnation par les tribunaux algériens à vingt ans de prison.

Une autre polémique a fait aussi rage tournant initialement autour du vrai auteur de ce livre qui devait sortir avec la signature de Mohammed Sifaoui qui, selon lui, est l'initiateur et le seul auteur du manuscrit de La sale guerre et qu'il s'est fait dédoubler en premier lieu par l'éditeur de la Découverte, François Gèze, qui a vu dans ce livre un filon d'or, et a su comment tirer profit , en manipulant Souaïdia et en écrivant, selon Sifaoui, la nouvelle version du livre car le niveau d'instruction de Souaïdia ne lui permettait pas d'écrire avec tant d'aisance.



Interview de l'éditeur François Gèze (éditions la découverte) réalisée en 2007 par Rue 89.


C'est ainsi que Sifaoui saisit l'occasion de s'expliquer en écrivant La sale guerre, histoire d'une imposture, qui vient de sortir aux éditions Chihab. Sifaoui tente de porter les éclaircissements à ce qu'il considère comme une vulgaire machination.

Au fil des pages, le journaliste donc de démystifier avant un livre devenu un véritable brûlot, un livre dont il reconnaît finalement qu'une infime paternité tant le contenu a été tronqué. La sale guerre histoire d'une imposture, qui vient de sortir chez Chihab, s'étale sur 245 pages prédécoupées en cinq chapitres et nous entraîne dans les coulisses d'une édition singulière. Tout est repris, écrit, dit par Sifaoui de sa première rencontre avec Souaïdia un 11 avril 2000 dans les bureaux de Reporters sans frontière, alors que le militaire cherchait une ouïe pour raconter son histoire, occasion saisie par le journaliste.

" Je ne sais pas pourquoi, mais lors du premier contact, Souaïdia me paraissait sincère. Son discours n'était pas excessif ", écrit, Sifaoui en page 38 et poursuivant plus loin : " Après cette première rencontre, je lui ai proposé de nous revoir régulièrement. Je devais réfléchir à la manière avec laquelle, j'allais traiter journalistiquement son récit ". Plus loin, l'auteur raconte comment Souaïdia a été récupéré par le MOAL, sa rencontre avec François Gèse, les termes de son contrat avec la Découverte et son exclusion progressive du projet qui prit une autre tournure et est devenu ce livre qui a fait couler beaucoup d'encre.

En annexe, Sifaoui appuie son livre avec des documents comme son contrat de co-auteur, un aperçu du témoignage écrit par Souaïdia, des lettres et autres. Le livre de Sifaoui, très détaillé et d'une écriture explicite relance la polémique sur la paternité d'un livre qui reste une sombre affaire, tant par son contenu très accusateur que par son écriture, mais incite aussi le lecteur à chercher entre les lignes des réponses, s'il y a supercherie, sur une grande arnaque dans le monde de l'édition et sur la manipulation.

NACÉRA BELLOULA



Mohamed Sifaoui : La sale guerre, histoire d'une imposture 242 pages, Chihab Editions

www.chihab.com (La Sale Guerre : Histoire d'une imposture)
Recherche personnalisée