Recherche personnalisée

dimanche 18 novembre 2012

Journalistes algeriens entre le baillon et les balles par Lazhari Labter


Avec vingt-sept tués (et deux portes disparus, l'un depuis le 1er mars 1994 et l'autre depuis le 29 octobre 1994) en l'espace de dix-sept mois, en 1993-1994, l'Algérie détient avec le Rwanda le triste et funèbre record du plus grand nombre de journalistes et assimiles algériens et étrangers assassinés. Dans un pays où le journalisme est devenu un métier à très haut risque, c'est pratiquement un homme de la profession qui tombe par mois.
Les terroristes intégristes s'acharnent de manière particulière sur ceux qui ont fait du métier d'informer leur credo. Dans leur folie meurtrière, ils n'épargnent ni rédacteur, ni reporter photographe, ni correcteur, ni administratif. Indistinctement, ils s'en prennent au professionnel comme au simple collaborateur, au responsable comme a l'employé. À l'homme comme à la femme.
Le tribut paye à la défense de la liberté d'expression et des idéaux démocratiques est lourd, très lourd. Il l'aurait été plus encore si les assassins étaient arrivés à leurs funestes ...




fr.wikipedia.org - Lazhari Labter
Recherche personnalisée