Recherche personnalisée

jeudi 25 octobre 2012

La mainmise coloniale sur l'Islam


La laïcité, portée en étendard par certains ministres coloniaux comme Jules Ferry ..., n'a jamais été appliquée en Algérie, terre « française » pendant 132 ans. Cette thématique est largement développée dans le dernier livre de Sadek Sellam La France et ses musulmans, un siècle de politique musulmane 1895-2005.

Paradoxalement, même s'il est destiné prioritairement à un public français, ce livre apporte aux Algériens des éclairages charpentés et formidablement documentés. Dans cet ouvrage très riche, Sadek Sellam remonte jusqu'aux sources de la revendication par des Algériens bien sûr, mais aussi par des Français, de la reconnaissance d'une religion musulmane libre. Dans une Algérie colonisée depuis 1830, cette expression est restée lettre morte. Il décrit a contrario, minutieusement et avec force citations, une véritable mainmise sur l'Islam. La richesse de l'exposé empêche bien évidemment ici de résumer en quelques lignes les 390 pages du livre. On peut néanmoins s'arrêter en filigrane à ces deux thèmes qui ont largement défrayé la chronique ces dernières années en France. D'abord la laïcité à la française, débattue (défendue ou vilipendée) bec et ongles par les hommes politiques de tous bords lors de la loi sur le port des signes ostensibles a l’école. Ensuite l'organisation, sous la houlette du ministère français de l’Intérieur, du Conseil français du culte musulman (CFCM), qui a été vu par certains comme une entorse à la séparation des cultes d'avec l'Etat. Sur le premier thème, l'auteur explique, textes à l'appui, comment la France n'a jamais voulu appliquer dans ses pourtant « départements français » d'Algérie, la loi portant séparation de 1905. « L'Administration ne voulut pas restituer les habous qu'un ministre de l'Intérieur avait promis pourtant d'indemniser en 1897 » (...) « Les autorités françaises en Algérie avaient enfermé dans un carcan extrêmement serré la religion musulmane, lui imposant administrativement des tuteurs qui n'étaient même pas tous musulmans.


Selon Sadek Sellam, le CFCM s'est transformé en un tremplin pour la promotion de certains acteurs religieux utilisant la religion comme moyen d'ascension sociale. Le CFCM est devenu ainsi le fief des « zaimillions » (chefaillons) diminutif de zaïm (grand chef).




C'est ainsi que la promulgation de la loi douloureusement enfantée en 1905 en métropole " fut différée de 10 ans, puis reportée de nouveau, et finalement abandonnée. » « Le gouvernement général est toujours le pape de l'Islam », titrait La République algérienne en 1950. Alors qu'un administrateur français relativement acerbe avait résumé avec virulence, dès 1910, une situation hors normes : « C'est par l’Algérie que nous avons pris contact de l'Afrique musulmane. En quatre-vingts ans, nous y avons fabriqué un Islam unique au monde, sans habous, avec des mosquées administratives, des dévots recensés, des cadis fonctionnaires, un pèlerinage à autorisation ... » Le déclenchement de la révolution en 1954 avec son aboutissement à l'indépendance en 1962, remédia finalement à tout cela et rendit tout simplement caduque l'application d'une loi qui avait fait tant couler d'encre en Algérie. Quant au deuxième aspect, celui qui pourrait porter à polémique, l'auteur évoque le jeu des chaises musicales dans l' « Islam officiel » de ses responsables désignés (ou autodésignés) et, en parallèle, la structuration dans le monde arabe, en Algérie et en France d'un Islam autonome revendicatif. Enfin, on lira avec intérêt le long parcours d'une trentaine d'années avant l'aboutissement du projet de la mosquée de Paris dans les années 1920. Intitulé « institut musulman de Paris » pour ne pas froisser les « laïcards » métropolitains, sa gestion coloniale fut confiée à des recteurs nommés par l'Etat français.

Lequel Etat favorisa ces dernières années la création d'un CFCM, une structure censée représenter l'Islam de France. Comme un retour au point de départ.

Walid Mebarek (El Watan jeudi 9 novembre 2006)

La France et ses musulmans, un siècle de politique musulmane 1895-2005. Editions Fayard (2006)

fr.wikipedia.org Sadek Sellam
oumma.com


Recherche personnalisée