Recherche personnalisée

mardi 16 octobre 2012

Constat sur les contours du langage algerien

Nos sociétés sont-elles définitivement assujetties aux tensions et aux séditions, sous prétexte que les individus qui s'y côtoient n'ont pas tous les mêmes traditions culturelles ?

Dans cet ouvrage, Abderrezak Dourari trace un constat fort d'une réflexion profonde sur les contours du langage algérien. En effet, ce qui aurait dû être considéré comme une richesse et un legs historique est devenu un véritable cauchemar dans toute ses dimensions. L'auteur s'interroge sur la notion des identités, les passions qu'elles peuvent déchaîner, mais surtout les dérives sanglantes.

Ce que Abderrezak Dourari exprime en toute simplicité dans son livre s'observe à l'oeil nu à chaque instant du quotidien de l'Algérien. Même étudiée dès la première année de l'école primaire, les Algériens ne parlent en aucun cas dans la langue officielle de l'Etat, et encore moins dans leur façon d'exprimer leurs idées. La mode est à l'Occident depuis bien longtemps. Culinaire, vestimentaire ou même musicale, le peuple algérien ne peut demeurer en marge du paysage mondial.

En effet, rien n'est plus dangereux que de réfuter le postulat du fondement de l'universalité qui relie un homme à sa langue maternelle, et qui pousse aujourd'hui la communauté amazighe à se révolter jour après jour face à un Etat sourd aux revendications historiques et légitimes.
A ce propos, on se remémorera les dérapages qui ont eu lieu durant les années 1990. Se sentant menacé pour sa religion, comment une certaine minorité de musulmans s'est brusquement transformée en pires extrémistes afin d'écarter cette menace; ainsi, il leur parut tout à fait prescrit de commettre d'ignobles massacres sur leurs frères et soeurs. En toute impunité, ces criminels avaient, pour ainsi dire, bonne conscience dans un devoir de préservation.

Toutes ces boucheries qui ne trouveront de logique en aucune époque sont plus que jamais liées aux conflits identitaires résultant du complexe de xénophobie ...

Et à quel prix les intellectuels algériens devront éternellement vivre dans l'isolement de l'exil ou bien payer de leur vie afin que s'affirme encore l'absurde théorie que la langue officielle de l'Algérie n'est autre que l'arabe.

Comme une mise en garde de ce qui pourrait encore résulter de tout ce marasme identitaire sonne à nos oreilles cette ultime question à peine larvée : où commence l'affirmation d'une identité et où débute l'empiétement sur les droits des autres ?

Né à Tizi Ouzou le 5 décembre 1955, Abderrezak Dourari est titulaire d'un doctorat d'Etat en linguistique de l'université de la Sorbonne Paris III, obtenu en 1983.

Après avoir enseigné la linguistique et la phonétique générale au département de la langue et littérature arabes de l'université Mouloud-Mammeri de Tizi-Ouzou, de 1983 à 1990, il est actuellement professeur de l'enseignement supérieur en sciences du langage et enseigne la traduction (arabe-français-anglais) à l'université d'Alger.

Abderrezak Dourari a publié de nombreux articles scientifiques dans des revues nationales et étrangères sur des thèmes liés entre autres à la politique linguistique de l'Etat, à la question amazighe, à l'identité et à la culture algériennes.

Sam H. (Le Soir d’Algérie vendredi 5 - Samedi 6 mars 2004)

Les malaises de la société algérienne. Crise de langues et crise d'identité, de Abderrezak Dourari. Casbah Editions










31 ème ANNIVERSAIRE DU PRINTEMPS BERBÈRE DU 16 AU 23 AVRIL 2011 MAISON DE LA CULTURE MOULOUD MAMMERI TIZIOUZOU
Conférence débat avec Mr DOURARI Abderazak


ecrivainsmaghrebins.blogspot.com - Les malaises de la société algérienne par Abderrezak Dourari
www.amazighworld.org
books.google.fr
Recherche personnalisée