Recherche personnalisée

dimanche 2 septembre 2012

Habib Chawki : Un psy pour Cohn-Bendit

Le Pouvoir donnera-t-il une suite au geste « médiatique » de maître Ali Yahia Abdennour, le président de la Ligue algérienne de défense des droits de l'Homme qui a remis à M. Soulier un message du parti dissous, le FIS ? Pour M. Hamraoui Habib Chawki, ministre de la Communication et de la Culture et porte-parole du gouvernement qui s'est exprimé, hier, lors d'un point de presse, au Palais du gouvernement « nul n'est au-dessus de la loi ».

Autrement dit, si « l'infraction est prouvée, on n'exclut pas des poursuites judiciaires à l'encontre de l'ancien ministre de l'Agriculture ».

Contrairement à toute attente, le porte-parole du gouvernement a « ignoré » la visite de la délégation euro-parlementaire, sa proposition d'échange de commissions d'enquête ainsi que la condition politique pour la levée de l'embargo sur les armes.

Il eut, cependant un commentaire sur les propos de Cohn-Bendit sur la violence en Algérie empreints de racisme : le porte-parole du gouvernement a affirmé que de tels propos « ne peuvent être acceptés car ils ignorent la lutte du peuple algérien pour la paix et la dignité humaine ». « Les Algériens, précisera-t-il, ont eu dans leur histoire une vingtaine d'agressions violentes de l'extérieur. Les Algériens étaient victimes lors de la colonisation française des massacres collectifs et individuels, victimes de la violence pendant 132 ans. Aujourd'hui, ils résistent justement contre la violence consentent tous les efforts et les sacrifices pour être fidèles à leur histoire et à la dignité humaine ».

Allant au fond de sa pensée, il conseillera vivement au député Vert d' « aller consulter un psychiatre ». Rien de moins ...

Pour l'entretien qu'a eu le Chef du gouvernement M. Ouyahia avec les euro-parlementaires il dira que « le gouvernement a écouté les invités des parlementaires algériens et a exprimé les positions algériennes ». C'est-à-dire le refus de toute pression étrangère et encore moins d'une tentative d'ingérence.

Tout en annonçant dans la foulée la présentation du projet de code de l'information à l'Assemblée nationale, au printemps prochain, HHC dira que l'Algérie participera probablement pour remettre à l'endroit son image ternie depuis 1992 par la violence islamiste et un certain discours tendancieux en Europe, à l'exposition mondiale de Lisbonne « Expo 98 » prévue du 22 mai au 30 septembre prochain. Objectif ? La promotion de son image aux plans historique, politique, économique, culturel et social. A Lisbonne, plusieurs intellectuels et responsables algériens tenteront de faire connaître les potentialités économiques, scientifiques et techniques et la dimension politique et sociale de jeune nation ouverte sur le progrès et la démocratie.

La périodicité, désormais hebdomadaire, des points de presse du porte-parole du gouvernement, les sorties médiatiques de certains de nos ambassadeurs, particulièrement en Europe, l'octroi facile de visas d'entrée en Algérie pour des journalistes, avec la visite de la troïka et la délégation du Parlement européen, font-ils partie de la nouvelle offensive du Pouvoir algérien ? Pour certains observateurs, l'offensive réelle n'a pas encore commencé.

Djamel B.
Le Matin N1833 jeudi 12 février 1998


Recherche personnalisée