Recherche personnalisée

lundi 20 août 2012

Hamraoui Habib Chawki : Nous ne combattons que les hommes qui ont une arme a la main

Le porte-parole du gouvernement a estimé que ce n'est pas la première fois que l'Algérie fait l'objet d'un " complot ourdi ".

" Nous ne combattons que les hommes qui ont une arme a la main ", c'est ce qu'a déclaré, hier, Hamraoui Habib Chawki, lors d'un point de presse animé en marge du Conseil de gouvernement, porte-parole du gouvernement a rappelé que les portes de la rahma et du repentir sont largement ouvertes en Algérie.

Interrogé sur le commentaire diffusé récemment par la très officielle APS, sur la trêve de l'AIS, le ministre de la Communication et de la Culture a déclaré : " Je n'ai pas de commentaire à faire sur un commentaire de l'APS ". Cette dernière a, en effet, estimé dans son commentaire, vendredi dernier, que " la démarche de Madani Mezrag est positive " avant d'ajouter que " l'objectif recherché est de contribuer à mettre fin au terrorisme qui ensanglante le pays et qui a coûté la vie à des milliers de citoyens ". A une autre question qui a défrayé la chronique cette semaine, l'affaire de l'entretien du " général x ", le porte-parole du gouvernement a déclaré que " nous n'avons pas de généraux fantômes, les généraux en fonction ont des noms ".

M. Hamraoui Habib Chawki a, sur sa lancée, ajouté que " le journaliste, auteur dudit entretien, a, lors de son séjour en Algérie avant les dernières élections, rencontré les Algériens, les partis politiques et la société civile. Moi-même je l'ai reçu. Il a rencontré, également, des officiers de l'armée mais pas au grade de général ". Le porte-parole du gouvernement a estimé que ce n'est pas la première fois que l'Algérie fait, objet d'une machination. Pour étayer ses propos, l'orateur a rappelé l'épisode de " l'entretien fictif de l'ex-Chef du gouvernement, M. Mokdad Sifi, en 1995. En effet, à cette époque-là, un journal arabe basé à Londres avait publié un entretien avec le Chef du gouvernement, vite démenti par ce dernier.

M. Hamraoui Habib Chawki a saisi l'occasion pour dénoncer certains journaux et agences de presse étrangères, sans, toutefois, les citer.

Concernant les campagnes médiatiques menées par certains journaux marocains sur l'Algérie, le porte-parole du gouvernement s'est contenté de réponses évasives en jouant sur la fibre " du bon voisinage " utilisé généralement par les diplomates. " Les campagnes médiatiques n'affectent pas les gouvernements ".

Répondant à une question relative au communiqué du bureau exécutif du MSP, le ministre de la Communication et de la Culture a précisé qu'il n'a pas d'appréciation à faire sur une position partisane, a estimé qu' " on se rejoint avec nos frères du MSP sur plusieurs questions dans le gouvernement ".

Interpellé sur la dernière mouture du code de l'information, M. Chawki a déclaré que " nous avons pris en charge toutes les propositions émises, par les professionnels, des chercheurs, des universitaires et des militants des droits de l'homme. Les P-V des réunions en témoignent".

M. A. O.
Liberté jeudi 14 mai 1998


Recherche personnalisée