Recherche personnalisée

lundi 20 août 2012

El-Hachemi Cherif : L'integrisme est dans le pouvoir

QUELQUES semaines après la naissance de son nouveau parti, M. El-Hachemi Cherif a organisé, hier, une rencontre avec la presse nationale. L'objectif est-de faire connaître le Mouvement démocratique et social (MDS). Le coordinateur du MDS dira, à ce propos, que " ce nouveau-né est le résultat d'une nouvelle exigence des mutations de la classe politique en même temps que l'évolution de la société. Une évolution très rapide ". Une évolution marquée par le développement de l'intégrisme. Un intégrisme, estime El-Hachemi Cherif, qui " malgré tous ses efforts, le soutien dont il dispose et les louvoiements du pouvoir, n'a pas réussi à s'emparer de la totalité des institutions de l'Etat ". Toutefois, souligne l'orateur, " l'intégrisme, depuis 1991, n'a jamais été aussi près de son but ". C'est-à-dire de son objectif stratégique qui n'est autre que le renversement de l'Etat républicain et la construction d'un Etat islamique. Selon le coordinateur du MDS, " l'intégrisme est indivisible. On n'a qu'à se référer au dernier communiqué de Hamas ". Ce parti qui " met à profit la pression terroriste ". Pour El-Hachemi Chérif " si Nahnah parvenait un jour au pouvoir, il serait l'otage de l'aile radicale du terrorisme ". Le conférencier a longuement dénoncé le compromis gouvernement-islamistes. Selon lui, " s'il n'y a pas de coup d'arrêt, les islamistes finiront par arriver au pouvoir ". Et d'ajouter : " Il est à craindre que le sacrifice de tous les martyrs soit récupéré par les islamo-conservateurs ".

El-Hachemi Cherif estime que " nous nous trouvons dans une dérive extrêmement dangereuse, car il ne peut y avoir de compromis durable avec l'intégrisme ". Question : comment freiner l'évolution de l'intégrisme ?

Le MDS n'a pas " de recettes " pour le moment, car les données ont changé et " actuellement, l'intégrisme est dans le pouvoir ".



ثلاث شروط لقتل المسلم Trois conditions pour tuer un musulman
Diffusé sur la chaines algérienne vendredi 3 août 2012 a 18h

Cependant, la solution pourrait résider dans le départ du gouvernement. " Il faut exiger le départ de ce gouvernement de coalition avant qu'il ne devienne gouvernement d'alliance ", dira le conférencier. Il s'interrogera sur les gesticulations réformistes du pouvoir et ses gesticulions contre Sant'Egidio. " L'un des principaux partisans de Sant'Egidio est à la tête du parti au pouvoir ", indique El-Hachemi Cherif. Le coordinateur du MDS s'élèvera contre la loi de la rahma " offerte aux criminels ". Une démarche qui prouve que les autorités n'ont pas tiré les leçons des maquis de Bouyali et des élections de 1991. Par ailleurs, le conférencier explique le refus des autorités d'accorder à Bernard-Henri Lévy l'autorisation de faire un reportage sur l'Algérie ainsi que le refus du ministère de la Culture de prendre part à l'action de solidarité organisée à l'occasion du festival de Cannes par le fait que " le gouvernement refuse toute initiative qui risque d'embarrasser le compromis avec les islamistes ". Un compromis " dangereux ", selon le MDS qui pense que l'interview du général X " est un avertissement à ce que peut aboutir se compromis ". " En utilisant l'islamisme politique, le gouvernement nourrit l'intégrisme", ajoute l'orateur.

Abordant l'échiquier politique, El-Hachemi Cherif dira que " le FLN et le RND ,qui sont indissociables, sont les deux outils du pouvoir. Le FFS s'isole dans la société y compris en Kabylie. Quant au RCD, les résultats des législatives ont bien montré sa véritable représentativité (relative) ". Le conférencier conclut sa rencontre avec la presse en soulignant que le congrès constitutif du MDS aura lieu " au moment où nous seront prêts. C'est-à-dire vers la fin de l'année ".

Il présentera enfin les neuf membres du secrétariat national. Il s'agit de Mekidèche et Chentouf de l'UNEP, Rachid Mokhtari, Lakhdar Maougal, Saïd Hamiche, Hocine Ali et Louisa Imagazen.

MALIKA B.
Liberté jeudi 14 mai 1998
fr.wikipedia.org - El-Hachemi Cherif
Recherche personnalisée