Recherche personnalisée

lundi 14 mai 2012

Belkheir vu par Mahmoudi

« Le parrainage de Abdelaziz Bouteflika par Larbi Belkheir vient nous éclairer sur une facette jusque-là inconnue du personnage. Celle de sa capacité à trahir ceux qui étaient considérés jusque-là comme ses plus proches amis : Chadli Bendjedid et Khaled Nezzar. Car en se faisant ainsi le sponsor de l'actuel locataire d'EI Mouradia, Belkheir n'est pas sans ignorer la haine mortelle que voue ce dernier à l'ancien Président et connaît aussi parfaitement tout le mépris que lui porte Nezzar. Interrogé un peu après l'élection présidentielle d'avril 99 sur ses relations avec Chadli, Larbi Belkheir répondra : « Je ne l'ai plus revu depuis le début de l'année 1994, date à laquelle il m'avait demandé de lui acheter un médicament de l'étranger. » Une façon comme une autre de faire comprendre à qui de droit qu'il avait rompu toutes attaches compromettantes avec un homme que le nouveau Président n'a pas eu honte d'insulter publiquement, croyant, peut-être ainsi, mettre les rieurs de son côté tout en se livrant à des règlements de comptes indignes de la fonction qu'il occupe. Qu'est-ce qui a bien pu, en définitive, pousser l'ancien chef de cabinet de Chadli Bendjedid à renier une amitié de près de trente ans pour aller servir un homme dont les convictions politiques et idéologiques sont aux antipodes de la démocratie, de la liberté de la presse et de la libre entreprise ? Pire que cela, maintenant que Bouteflika a clairement laissé voir ses amitiés islamistes et même sa partialité en faveur des terroristes au détriment de leurs victimes et que le premier cercle présidentiel s'est enrichi d'un nouveau venu de qualité : Attaïlia, la réponse semble couler de source. En effet, seule une communauté d'intérêts aux proportions difficilement imaginables pouvait amener Larbi Belkheir à se découvrir ainsi au risque de laisser apparaître le rôle qui fut le sien durant toutes ces années à la Présidence de la République. »

Extrait du livre Les nouveaux Boucs Emissaires de Abderrahmane Mahmoudi(Pages 66/67)
Recherche personnalisée