Recherche personnalisée

mercredi 4 avril 2012

EL MIZIRIA par Hakim Laalam


EL MIZIRIA

" Le sismologue Bounatiro apporte des précisions importantes : il n'a jamais parlé d'un séisme majeur pour samedi dernier. Mais bien plutôt d'un raz-de-marée sur Tamanrasset pour le 5e samedi du mois de février prochain. "
Ouf !


A voir le t'meskin de Abdekka devant les chefs d'Etat du G8, je me demande jusqu'où il peut aller aujourd'hui lorsqu'il s'adressera au Parlement européen à Strasbourg. J'imagine déjà qu'il arrivera sur le parvis de cette institution européenne, non pas dans sa rutilante Mercedes qu'il aura pris soin de laisser au garage, mais plutôt dans une 2 Chevaux toute cabossée et immatriculée 0001-122-13. Au départ, j'en suis sûr, il avait prévu de débarquer en bus, mais lorsqu'il a pris connaissance du prix de la carte orange, il s'est ravisé. C'est au-dessus de ses moyens de quémandeur des croyants. Au sortir de la Deudeuche de location, il donnera congé au chauffeur, car le garder coûterait les yeux de la tête. Il lui demandera juste de repasser deux heures après, le temps de son speech. A l'entrée, il aura tout de même quelques difficultés à se faire reconnaître du service d'accueil. Pensez donc ! Le chef d'un Etat riche de 23 milliards de dollars qui vient au Parlement européen en jogging et en baskets puisés sur le quota des dons aux sinistrés de Boumerdès, ça interpelle les plus blindés ! Mais c'est là le prix à payer pour émouvoir les éventuels donateurs. Dans la salle, Boutef a prévu de faire encore plus fort. Il passera dans les travées pour y vendre des photos dédicacées le représentant en jeune diplomate au siège de l'ONU dans les années 1960. A raison de 2 euros la photo, multipliés par près de 400 participants,voilà qui devrait renflouer la cagnotte et grandement aider les sinistrés. Point culminant de l'opération " attendrissement ", son discours. Il bafouillera exprès, ratera des lignes et mélangera les feuilles. A l'assistance interloquée, il expliquera que ses lunettes se sont brisées le soir de la grande secousse et que l'Algérie sans moyens n'est plus capable de lui en payer une nouvelle paire. A tous les coups, ça marche, les députés européens n'y verront que du feu ! Si malgré tout cela il subsiste quelques incrédules, des durs à cuir de l'émotion, des cœurs antisismiques, il sortira l'arme suprême, la botte secrète, l'argument tire-larmes : il exhibera sa dernière fiche de paie. C'est une pratique très courante en Algérie. Je fume du thé et je reste éveillé, le cauchemar continue.

Le Soir d’Algérie mardi 3 juin 2003
Recherche personnalisée