Recherche personnalisée

jeudi 19 avril 2012

Benjamin Stora - La guerre invisible, Algerie, annees 90

Originaire de l'Algérie, Benjamin Stora n'a jamais coupé la corde ombilicale avec sa terre natale. Elle a été, et ce, depuis presque une vingtaine d'années, la thématique axiale de ses oeuvres, qui s'est traduite jusqu'ici par la publication d'une bonne douzaine d'ouvrages et un grand nombre d'articles et de contributions à des oeuvres collectives.

D'ailleurs, ses productions sont devenues incontournables pour quiconque s'intéresse à l'histoire contemporaine de l'Algérie, surtout en ce qui concerne le mouvement nationaliste et la Guerre de Libération nationale. Mais, plus qu'un travail historiographique. Benjamin Stora est allé plus loin que ça en s'attaquant dans son dernier ouvrage, La guerre invisible, Algérie, années 90, une coédition des Presses de sciences PO et des éditions Chihab, aux préjugés qui subsistent depuis un certain temps, de l'autre côté de la Méditerranée, sur la décennie noire que l'Algérie a vécue.

Dans cet ouvrage, l'auteur fait appel à son domaine de prédilection, en l'occurrence l'histoire contemporaine, pour comprendre et expliquer le présent. Plus qu'un récit des terribles épreuves qu'a endurées le peuple algérien. Benjamin Stora a tenté, à travers 125 pages, de reconstituer et surtout de situer le nouveau drame algérien dans son contexte géopolitique international. Il a également voulu démystifier cette vision d'une Algérie toujours emportée dans la malédiction, guidée par un crescendo morbide.

Voulant lever le voile sur ce drame, l'auteur a fait en sorte de poser toutes les questions qui l'entourent, à commencer par celle du vocabulaire : " Les batailles de mots autour de cette terrible situation traduisent bien un désarroi devant le réel. Les noms successifs donnés, loin de clarifier, opacifient davantage les antagonismes qui ont traversé et déchiré l’Algérie. " Ainsi, tout en retraçant la chronologie des dix dernières années du quotidien algérien, maculé de sang et de feu, l'auteur s'interroge sur la nature de ce conflit qui perdure. C'est en quelque sorte la thèse du " qui tue qui ? " qui revient sous une approche plus circonstanciée : " Le fait est que ce conflit a causé la mort de plus de 100 000 personnes ; en cela, il s'agit bien d'une guerre contre les civils ... "


Benjamin Stora, historien, auteur de "La déchirure" revient sur la guerre d'Algérie.

En outre, rapport inédit que cet ouvrage arbore au débat sur cette question est bien la redéfinition et le positionnement philologique de la comparaison à laquelle on fait assez souvent allusion, entre le drame actuel de l'Algérie et la Guerre de Libération nationale. D'ailleurs, pour Fauteur, les vraies genèses de la crise algérienne actuelle sont en grande partie ces amnésies répétées dans la mémoire collective : " L'histoire réelle devient invisible ; l'absence d'histoire assumée renforcera cette sensation de violence toujours continuée ", les trous de mémoire délibérément constitués, aussi bien dans nos discours officiels que dans nos manuels scolaires, ont donné naissance à des monstres sans foi ni loi, mais surtout sans références identitaires bien ancrées dans un passé sans ambiguïtés.

À travers trois chapitres. Benjamin Stora nous replonge dans le dur combat d'un pays né d'une atroce guerre et s’arrachant difficilement à sa longue histoire coloniale. Un pays qui vit des spasmes meurtriers avant d'accéder à la modernité ; une nation qui ne se sépare pas du religieux, de ses communautés paysannes, où bourdonnent les spéculations éternelles sur le désordre des hommes.

De toute façon, même loin du regard des caméras, dans l'affrontement d'aujourd'hui, une nation se redéfinit, se reforme. L'historien, de son côté, se pose alors la question : comment se repérer dans cette vertigineuse spirale de violence, sans tomber dans le parti pris ?

Il lui reste toujours plusieurs possibilités pour contourner les barrages de la censure et de la désinformation, pour aller au réel. Il aura recours aux témoignages et à la parole des acteurs, à la lecture attentive de la presse quotidienne et aux divers écrits ayant traité cette question.

En somme, une vraie réflexion sur l'histoire récente de l'Algérie, il permet de dépasser les clichés stéréotypés des divers antagonistes d'une Algérie libre et debout.

NEDJMA H.
La guerre invisible. Algérie, années 90. de Benjamin Stora. éd. Presses de sciences PO/éditions Chihab. 125 pages. (495 DA)
Liberté mercredi 7 novembre 2001


Recherche personnalisée