Recherche personnalisée

lundi 19 mars 2012

Le grain de sable de Salah Chekirou

LE GRAIN DE SABLE DE SALAH CHEKIROU
Imitation réaliste et Illusion
LE RÉCIT N'EST PAS qu'un genre littéraire lorsque s'y mêlent avec intelligence action, vie, lutte et actualité.


KADDOUR M'HAMSADJI

La lecture de l'ouvrage Le Grain de sable * de Salah Chekirou me donne cet étrange sentiment : l'auteur réinvente les instruments de vraisemblance de la tragédie classique française pour faire que la fiction démesurée rejoigne tout naturellement la réalité mesurée. On peut dire que, dans une forme moderne, Chekirou calque l'art antique. En effet, ici s'ébauchent tout à la fois le drame, le pathétique et le lyrisme grâce à une intrigue qui relève d'une psychologie de l'enquête judicieuse du journaliste ou, comme on pourrait dire aujourd'hui, du journaliste d'investigation. Car Salah Chekirou est journaliste de formation.

Et, parlant d'enquête, c'est certainement le cas ici puisque le sujet est moderne, et son actualité toujours vivante. De plus, les passions du temps, fussent-elles positives ou négatives, peu importe, obligent l'auteur à développer une incontournable sincérité dans son « Exploration des mystères de l'assassinat du Président Mohamed Boudiaf ». Il n'y a certes pas d'éloquence ou de lyrisme dans le traitement de l'information, pas plus que d'émotion romanesque dans cet ouvrage ; c'est tant mieux.

Mais il y a plus intéressant : un film d'une vie d'homme, un film déroulé dans un des nombreux segments de l'histoire récente de notre pays. Et l'on ne comprendrait rien justement à la tragédie à laquelle le peuple algérien a été témoin en direct devant l'écran de télévision, si le récit finement mi-fiction mi-documentaire de cette tragédie, Le Grain de sable, n'était pas inspiré de faits réels que l'auteur conforte en mentionnant parfois ses sources en bas de page. C'est que dans le texte tout semble précision, détail fulgurant et impressionne fortement, si l'on considère comme authentiques, ou à tout le moins vraisemblables, les noms des personnages et des lieux, leurs actions, et les informations arrivant en avalanches successives tout au long des pages de lecture. Salah Chekirou s'est beaucoup investi dans son oeuvre qui comprend quatre parties et un épilogue.

Le récit s'ouvre, comme dans certains films d'action, sur « la cour d'une prison, quelque part dans un pays du tiers-monde ». L'aventure commence, et dans ses plis se construit le drame et s'y incruste progressivement jusqu'à son éclatement. L'intérêt résulte sûrement du sujet lui-même, mais l'instinct dramatique de l'auteur a su animer et graduer l'action, tout en faisant - peut-être incidemment - une étude socio-politique sainement charpentée qui aura au moins le mérite d'éclairer ou de rassurer davantage ses lecteurs en quête d'en savoir un peu plus sur tant de points restés encore inexpliqués et sur les résultats de la Commission nationale d'enquête qui n'ont pu satisfaire définitivement l'opinion publique.

N'allons pas plus loin. Le suspense doit rester entier pour ne pas frustrer le lecteur du plaisir de lire.

Aussi faut-il lui laisser le soin de découvrir lui-même les ressorts dramatiques de tous ordres (dont ce grain de sable est l'essentiel) qui, dans ce livre, meuvent le sujet grave abordé et rendent émouvante une écriture agréablement hardie.

Enfin, je voudrais ajouter juste un mot pour saluer le dynamisme et les bons choix éditoriaux de Édif. 2000.

(*) Le grain de sable par Salah Chekirou. Coédition Publisud, France/Édif 2000, Algérie, 2005, 282 pages

books.google.dz - Le grain de sable de Salah Chekirou
www.amazon.fr - Le grain de sable : Exploration dans les mystères de l'assassinat du président Mohamed Boudiaf
Recherche personnalisée