Recherche personnalisée

mercredi 28 mars 2012

Le corps dans la tradition au Maghreb par Malek Chebel

Dans la famille maghrébine, principale instance de socialisation, les parents tentent de transmettre leur culture d’origine à leurs enfants, et veulent donc les éduquer en fonction de leurs modèles culturels. Les filles y subissent d’énormes pressions familiales afin qu’elles respectent la tradition fondée sur le sens communautaire, le patriarcat, l’endogamie, l’infériorité et la soumission des femmes aux hommes, et l’honneur masculin basé sur le contrôle de la sexualité féminine (Tillion, 1974 ; Bouamama, Sad Saoud, 1996 ; Errais, 2002). Or ces valeurs sont contraires à celles du libre arbitre et de l’égalité des sexes apprises et intériorisées par les jeunes maghrébines dans les écoles françaises.

In : www.arra.asso.re - Conduite corporelle et niveaux d’intégration sociale. Étude socio-conative des jeunes femmes issues de l’immigration maghrébine en France

Khmailia Mohamed, Docteur en STAPS

Que ce soit par le très riche vocabulaire qui s'y rapporte, par sa relation au mythe, par la place centrale qu'il occupe dans la pathologie, par les festivités, par les contes et les légendes, au Maghreb, le corps nourrit d'une façon toute spécifique la communication entre les personnes. Corps comme lieu d'expérience {de l'accouchement et de la douleur), corps comme instrument de la perfection artistique où la musique tient un rôle privilégié {la nomenclature des qualités vocales dans la science musicale arabe est illimitée), corps comme espace d'écriture, de calligraphie, d'expressions chorégraphiques que le regard ethnocentriste occidental a longtemps réduit à la « danse du ventre » — terme créé par un fantasme occidental moulant les femmes arabes dans une lascivité hystérique inconsciente. Dans un style clair, s'appuyant constamment sur des exemples {proverbes, mots, danses, pratiques initiatiques, sociales, religieuses ou profanes), Malek Chebel propose avec cet ouvrage une lecture ethnologique qui n'appréhende pas le corps « desséché du laboratoire », mais celui de la représentation. Ce corps-là ne meurt pas.
C.B.


Le corps dans la tradition au Maghreb par Malek Chebel, P.U.F., 108, boulevard Saint-Germain, 75279 Paris Cedex 06, 1984.

Recherche personnalisée