Recherche personnalisée

vendredi 16 mars 2012

Le 4 mars 1622


IL Y A TROIS SIECLES ET 73 ANS
Le 4 mars 1622


Un Corsaire d'origine vénitienne, puccieni, par la foi en Dieu et pour l'amour d'une belle princesse, construisit une mosquée à Zoudj-Aïoun.

Ali Bitchin, le « Lion des mers »

En ce mois de mai 1578, une galère pavoisée parmi des navires corsaires jetait l'ancre dans la darse d'Alger. Saluée par des salves d'artillerie, elle traînait à sa remorque un navire vénitien, lourdement chargé de captifs et de richesses.



La grotte de Cervantès

Don Quichotte (Photo Wikipedia)
Une foule dense était là, manifestant sa joie. Parmi elle, se tenait le roi d'Alger Hassan Veneziano. Le célèbre Cervantès, auteur de Don Quichotte capturé à Alger, à cette époque, nous le décrit : « Grand, maigre, pâle, la barbe rare, les yeux brillants et sanglants, l'air hautain et cruel ; avec cela, une bravoure à toute épreuve et une énergie impitoyable ». A ses cotés se trouvaient ses plus fidèles lieutenants, le raïs Chiobali, le raïs Kellouche, qui fut pacha d'Alexandrie avant de venir habiter Alger, le raïs Fettah-Allah Ben-Khodja et, enfin, le raïs Yahia, celui là même qui édifia, en 1575, le palais abritant, aujourd'hui, le Musée des arts et traditions populaires. Les captifs débarqués furent tous dirigés vers Bab El-Boustan (marché des esclaves) qui s'étendait en ce lieu (actuelle petite place de la pêcherie) sous une forme rectangulaire et avec un encadrement d'arcades. Parmi eux se trouvait un jeune Vénitien, vif et espiègle à peine âgé d'une dizaine d'années, appelé Puccini. La bonne « bouille » et l'air intelligent de l'enfant plurent au raïs qui l'acquit pour 60 pièces d'or.

Rais Hamidou (Photo Wikipedia)
Puccini fut aussitôt soumis à la circoncision prescrite aux musulmans et à la conversion à l'Islam. Fatah-Allah lui donna le prénom de Ali et de Puccini en lit Bitchin.

Sous l'autorité, l'oeil bienveillant et l'éducation du raïs Ben-Khodja, le jeune Ali Bitchin devint rapidement un redoutable corsaire ; le raïs commença par lui confier le commandement d'une galère de 24 bancs de rameurs. Il fut élu, quelques temps plus tard, raïs de la taîffa (chef de la corporation des capitaines corsaires), puis nommé amiral des galères. Dans l'actuelle rue de Bab El-Oued s'élevait son palais. Ali Bitchin devint plus riche et plus puissant que le roi d'Alger. Ses nombreux esclaves étaient enfermés dans des salles souterraines.

A l'exception du raïs Hamidou qui, lui, vécut vers la fin du XVIIIe siècle, aucun corsaire ne fut autant aimé que Ali Bitchin. Sous son commandement, la marine d'Alger assura sa supprématie en Méditerranée, franchissant allègrement le détroit de Gibraltar et poussant loin vers le cercle polaire. Ses corsaires pénétrèrent l'océan Atlantique qu'ils remontèrent jusqu'en Irlande. Ils parviennent à Madère, toujours intrépides, on les voit s'attaquer, seuls sur leurs bateaux légers, aux plus lourds vaisseaux quel que soit le nombre des ennemis, résister aux tempêtes les plus violentes, apparaître à l'improviste, narguer l'ennemi de leur folle audace.

Ali Bitchin devint en quelque sorte le père nourricier d'Alger par les innombrables richesses qu'il confisquait et rapportait à bord de ses navires. Il contribua ainsi à l'apparente oppulence de la capitale.

La construction d'une mosquée

La tradition raconte que lorsque Ali Bitchin aperçut pour la première fois la princesse Lalla Lallahoum, la fille de Ben Ali, sultan des Kabyles de Koukou, femme belle entre toutes, il ne put résister au désir de l'aimer. Tous ses sens furent troublés, ses jours sont sans repos. Accompagné de Lalla N'fiça, veuve du raïs Fettah-Allah Ben-Khodja et d'une nombreuse suite, il se rendit auprès de Ben-Ali sollicitant la main de sa fille. L'intrépidité du corsaire dans ses prises toujours heureuses lui avait permis de réunir les plus riches produits des quatre coins du monde. Il déposa ainsi au pied de la belle princesse les plus riches tapis de la Perse, les soies et les brocards du pays du Levant, les diamants des Indes, l'or du Pérou ... Lalla Lallahoum considérait avec indifférence ces richesses : « Non, dit-elle, je n'ai que faire de tout cela, j'exige que mon prétendant construise une mosquée pour me prouver sa foi ».

Mosquee Ali Bitchin

Celle-ci fut érigée immédiatement (4 mars 1622). Cette vieille et remarquable mosquée subsiste encore de nos jours à Zoudj-Aïoun.

L'édifice est composé d'une nef carrée à coupole octogonale qu'entourent, sur trois côtés, des galeries recouvertes d'une vingtaine de petits dômes à la manière de Sainte-Sophie d'Istanbul ; le mihrab qui se voit én saillie dans la rue de Bab El-Oued ne présente aucun ornement. La mosquée était également pourvue, à l'époque, d'une fontaine appelée « Aïn ech chara », plusieurs boutiques voisines lui furent attribuées en bien habous en vue d'assurer une rente permanente servant à son entretien.

La mort du « Lion des mers »

Ali Bitchin souhaitait depuis toujours libérer l'Algérie de la tutelle ottomane s'exerçant à travers la régence d'Alger. Surtout après la trahison du sultan d'Istanbul.

« Vers 1639, la marine algérienne, sous le commandement de Ali Bitchin, subit d'importants dégâts aux côtés de la flotte ottomane contre les Vénitiens à Avlona dans la mer Adriatique. Le Sultan promit aux raïs d'Alger de les indemniser en conséquence, mais n'envoya jamais les subventions promises pour la reconstitution de la flotte algérienne ». Soulevant la légitime colère de nos raïs, ceux-ci prirent, désormais, la décision de ne plus prêter main forte à la marine turque. Durant l'année 1645, le sultan Ibrahim convoque tous les navires de guerre algériens pour combattre les chevaliers de Malte et les Vénitiens. Leur fixant rendez-vous à Nasarin, bien entendu, Ali Bitchin et ses corsaires refusèrent de s'y rendre. Cette « désobéissance » fut interprétée par le sultan comme un acte de haute trahison. Ne pouvant venir à bout du « lion des mers », il donna secrètement l'ordre à ses sbires de l'empoisonner. Selon l'opinion publique, ce fut sa servante, payée à prix d'or, qui se chargea de lui verser le terrible poison dans son café. C'est ainsi que mourut le « Lion des mers » lâchement assassiné.

Des funérailles grandioses

Un religieux chrétien, l'abbé Orse, présent à Aîger, écrivit : « Son corps revêtu de riches habits, fut exposé publiquement et gardé par plusieurs compagnies de la milice des janissaires qui se relevaient. Deux bannières déployées rappelaient les victoires qu'il avait remportées sur les chrétiens » ... Plus loin, le témoin ajoute : « Le cercueil fut enveloppé dans un tapis vert et l'on déposa dessus les armes dont il s'était servi pendant sa vie. Les marabouts le portèrent à son tombeau. On le plaça, la face tournée vers la Mecque et les bannières rappelant ses exploits, portées par les chefs du diwar et de la marine, furent placées sur sa tombe. On continua pendant vingt jours à servir sa table à la grande satisfaction de quelques esclaves qui venaient chaque jour se régaler en son honneur ».

Djebanet el bachaouet (le cimetière des pachas)

Le Lion des mers fut inhumé à Djebanet el-bachaouet (le cimetière des pachas). Cette ancienne nécropole était située à la porte de Bab El-Oued. Dans ce cimetière étaient enterrées plusieurs personnalités de notre histoire. Là se trouvait le tombeau de Hassan Agha, illustre vainqueur de Charles Quint et de son armada aux portes d'Alger en 1541. En ce lieu, se trouvait également une kouba décorée de faïences de Perse et d'Italie, sépulture du Beylerbey Salah raïs, compagnon des frères Barberousse, grand timonier du sultan Soleiman El-Kanouni dit le « Magnifique » (le conquérant de la Hongrie, de Belgrade et de Rhodes) et roi d'Alger de 1552 à 1556 il expulsa les Espagnols de Béjaïa (juin 1555) et mourut d'une terrible maladie à Tamentfoust alors qu'il s'apprêtait à une expédition contre les Espagnols occupant Oran. Pour ne pas les énumérer tous, signalons les tombes de quelques autres roi d'Alger : Hassan Corso mort en 1557, Hassan Cheikh décédé en 1640, Daly Brahim en 1710, Ibrahim Koutschouk en 1748, Baba Ali Bou-Sbaâ en 1766 et tant d'autres.

Des attributs particuliers distinguaient chaque sépulture tandis que, en effet, les tombeaux des rois, tous décorés d'une coupole, présentaient un turban de marbre, celle des raïs d'un bâton d'enseigne et d'une pomme de mât de pavillon.

La colonisation française

Après la prise d'Alger en 1880, et malgré la convention signée entre le dey d'Alger, Hussein et le général en chef des armées françaises De Bourmont, et au mépris de l'article II de cette convention stipulant notamment que « la religion et les coutume; des Algériens seront respectée, qu'aucun militaire ne pourra pénétrer dans l'enceinte des mosquées ", un grand nombre d'édifices religieux fui eut violés par le génie militaire qui les transforma et les affecta à d'autre usages. La mosquée Ali-Bitchin abrita dès 1830 les services de « la Pharmacie centrale de l'armée » pour être transférée, en 1843, au culte chrétien. On la baptisa alors « Notre dame de la victoire ». Vers 1860, elle devint méconnaissable après qu'on eut rasé son minaret.

Le cimetière des pachas, quant à lui, connut un sort bien plus terrible. Dès les premières années de l'occupation, le duc de Rovigo fit don des terrains du cimetière à plusieurs officiers qui se les partagèrent. Sans état d'âme, on déterra les ossements qui furent expédiés à Marseille. Comme en témoigne la lettre que Ibrahim Ben Mustapha Pacha écrivit au roi de France le 2 février 1831 : « La plus grande douleur qu'on ait fait à nos coeurs, c'est de détruire nos cimetières et d'exposer à la profanation les restes de nos ancêtres ... Une pareille injustice est bien pénible à supporter. Cette chose inouïe est contraire à toutes les religions ... Lorsque la destruction fut complète, on vendit tout, jusqu'aux os de nos ancêtres ».

« J'ai vu - écrivit le docteur Segaud, dans un article publié dans le Sémaphore de Marseille portant la date du 2 mars 1822 - le navire La Joséphine qui arrivait à Alger, chargée d'os, de crânes humains, de cubutus et de fémurs récemment déterrés ».

Enfin, c'est ainsi que le colonialisme français, dans son acharnement à vouloir faire disparaître tout vestige de l'identité algérienne, transforma les ossements du « Lion des mers » en cirage et sa mosquée en église, cela jusqu'en 1962 où elle fut restituée aux musulmans, grâce au sacrifice consenti par nos glorieux martyrs.

Par Benkhodja M'hamed
L'Authentique 4 mars 2001


Recherche personnalisée