Recherche personnalisée

dimanche 26 juin 2011

حوار فرنس ٢٤ مع سعيد سعدي


يستضيف برنامج "حوار" سعيد سعدي، رئيس حزب "التجمع من أجل الثقافة والديمقراطية" في الجزائر، الذي أصدر كتابا تحت عنوان "عميروش ... حياة وموتتان ووصية". يتحدث سعدي عن كتابه وعن الوضع السياسي في الجزائر.

05/10/2010

La séquestration des restes des colonels Amirouche et Haoues sera probablement l’un des traumatismes subis par le pays qui mettra le plus de temps à cicatriser, quand l’Algérie pourra enfin parler à sa conscience. Le silence des élites qui accompagna la découverte de ce qu’il faut bien appeler une forfaiture annonçait la dérive morale et le naufrage intellectuel dans lesquels se débat la nation, un demi-siècle après son indépendance...

In Préface du livre de Said SADI, « AMIROUCHE : une vie, deux morts, un testament.»
by Said SADI on Tuesday, March 30, 2010
www.facebook.com - Said Saadi


www.france24.com -

Jamel Eddine Bencheikh

Jamel Eddine Bencheikh est un écrivain algérien et un spécialiste de poétique arabe, né le 27 février 1930 à Casablanca (Maroc) dans une famille algérienne de magistrats, mort d'un cancer le 8 août 2005 à Tours (France).

Jamel Eddine Bencheikh grandit au Maroc (Casablanca puis Oujda), dans une famille de cinq enfants, dont il est le troisième. Après sa scolarité au lycée français, il part à Lyon pour commencer des études de médecine, qu'il interrompt au bout de deux ans. Il fait à Alger des études d'arabe et de droit. Il se lie d'amitié avec le poète Jean Sénac auquel il consacre un texte après l'assassinat de ce dernier. Il poursuit ses études d'arabe, enseigne et passe l'agrégation à Paris, de 1956 à 1962. Il regagne ensuite l'Algérie indépendante où il est assistant puis maître de conférences de littérature arabe médiévale à la faculté des lettres d'Alger. Il publie La poésie algérienne d'expression française, 1945-1965, une anthologie qui reste une des références majeures de la poésie de cette période. Il tient également des chroniques littéraires et politiques, dans différents hebdomadaires, chroniques réunies en 2001 dans un recueil intitulé Écrits politiques (1963-2000).

mardi 21 juin 2011

Mohammed Khadda


Mohammed Khadda, né 14 mars 1930 à Mostaganem et mort le 4 mai 1991 à Alger, est un peintre algérien. Il est considéré comme l'un des fondateurs de la peinture algérienne contemporaine et l'un des principaux représentants des peintres du signe.

Né, d'après les registres, le 14 mars 1930 Mohammed Khadda est l'aîné de cinq enfants, deux mourant en bas âge. Il entre en 1936 à l'école indigène de Tigditt, quartier arabe de Mostaganem.

En 1942, la famille fuyant la famine et partant à pied à Tiaret, il porte alors son frère sur ses épaules. La tante qui l'héberge n'étant pas moins misérable, c'est trois mois plus tard le retour à Mostagnem où il se trouve repris à l'école.

En 1943 il reçoit le diplôme qui donne accès au lycée. Il est temps pour son père qu'il trouve un travail mais son instituteur lui obtient un an de répit puis en 1944, Khadda ayant obtenu certificat d'études, le fait embaucher à l'imprimerie de l'« Aîn Sefra ». Il y commence à dessiner et faire des croquis pour les imprimés à réaliser. Le soir il fait de la reliure, lisant les livres qui lui sont confiés, Hafid, Djami, Omar Khayyam, Mohamed Abdou, Taha Hussein, Gide, André Breton, Cocteau.

Bibliographie de la Litterature Maghrebines 1980-1990


Bibliographie de la littérature maghrébine : 1980-1990
Auteurs : Coordination internationale des chercheurs sur les littératures maghrébines, Auteur; Charles Bonn, Directeur de publication, rédacteur en chef; Fériel Kachoukh, Directeur de publication, rédacteur en chef
Année de publication : 1992
ISBN/ISSN/EAN : 978-2-85069-587-2

Cette bibliographie est le résultat d'une découpe chronologique de 1980 à 1990 de la base de données Livres, qui fait elle-même partie d'un programme documentaire informatisé sur les littératures du Maghreb et leur environnement culturel. Elle ne concerne que les oeuvres littéraires, à l'exclusion des études critiques.

Le corps essentiel de cette bibliographie est constitué par les oeuvres littéraires de langue française et par leurs traductions dans d'autres langues. On n'a pas retenu ici les textes de langue arabe, sauf lorsqu'ils sont traduits en français : ces bases de données ne concernaient en effet au départ que les littératures de langue française. La collecte des références de textes de langue arabe est en cours, mais n'est pas encore suffisante pour être crédible. Les références collectées se trouvent cependant si l'on consulte le programme sur un ordinateur.

Lien permanent : www.bibliotheque.auf.org

jeudi 16 juin 2011

Abdellatif Laâbi


Abdellatif Laâbi, né à Fès en 1942, est un traducteur, écrivain et poète marocain.

Il a fondé en 1966 la revue Souffles qui jouera un rôle considérable dans le renouvellement culturel au Maghreb. Son combat lui vaut d'être emprisonné de 1972 à 1980. Il s'est exilé en France en 1985. Il reçoit le Prix Goncourt de la Poésie le 1er décembre 2009.

En 1966, débute la revue Souffles où collaborent plusieurs intellectuels marocains de gauche et notamment Tahar Ben Jelloun, Mohammed Khaïr-Eddine ou Mostafa Nissaboury. Dès le deuxième numéro, les horizons s’élargissent : questionnement sur la culture, quelle que soit sa forme d’expression, puis, peu à peu, sur les problèmes sociaux et économiques. Cette revue, qui comptera vingt-deux numéros en français et huit en arabe sous le nom d'Anfas, a eu une grande influence sur la formation de l'intelligentsia marocaine de gauche.

Deux Langues, Deux Mondes?


Deux Langues, Deux Mondes ?
Une étude de la situation littéraire actuelle de l’écrivain maghrébin bilingue

Leila Dal Santo
2010-06-28

dimanche 12 juin 2011

Mythologies du roman policier algerien

Dr. Miloud Benhaimouda
Université de Mostaganem

Le roman policier français et anglo-saxon représente le genre littéraire populaire contemporain le plus fécond sous le rapport de la création de personnages et de lieux mythiques. Cette diffusion planétaire de mythes littéraires est spécifique de sociétés caractérisées par des structures économiques ultra rationalisées et de solides traditions en matière de pratique de lecture personnelle.

vendredi 10 juin 2011

Selection Livres : Perdons-nous connaissance ?

Toujours avec les neurologues et leurs mouvements chimio-électriques qui parcourent nos cerveaux et qui font naître un tableau une chanson ou un parfait crime pour ceux qui souffrent de survoltage.

Ma première sélection de livres est celle de Lionel Naccache, un neurologue, né le 27 mars 1969 à Sarcelles, et qui nous explique en quelques mots le pourquoi de son livre, paru en janvier 2010 et qui s'intitule : Perdons-nous connaissance ?... Pourquoi pas : Perdons-nous LA connaissance ?!!!

mercredi 1 juin 2011

Rachida Triki

Rachida Triki ou Rachida Boubaker-Triki est une philosophe tunisienne spécialiste d'esthétique et de théorie de l'art.

Professeur à l'Université de Tunis, elle a organisé plusieurs rencontres internationales sur les problèmes contemporains de la création et publié plusieurs ouvrages dont L'Image. Ce que l'on voit, ce que l'on crée, L'Esthétique et la question du sens et L'Esthétique du temps pictural.
Critique d'art, elle collabore à plusieurs catalogues et revues d'art. Elle a aussi été commissaire de plusieurs expositions d'arts plastiques, dont les plus récentes sont « Couleurs maghrébines » (Hôtel de ville de Paris), « Paysages croisés » (Paris et Djerba) et « Proximité » (Tunis), et co-commissaire des expositions « Contact Zone » (Bamako) et « Sans frontières » (Pontevedra). Elle est correspondante de revues d'art et d'esthétique dont Recherches poïétiques et Art'in.
Recherche personnalisée