Recherche personnalisée

dimanche 23 octobre 2011

Mouloud FERAOUN (1913 - 1962)


Mouloud Feraoun مولود فرعون , un film documentaire sur le destin tragique de l'écrivain : Le documentaire " Mouloud Feraoun " de Ali Mouzaoui, projeté mercredi à la cinémathèque d'Alger, se veut une biographie de l'homme de lettres algérien, assassiné à la veille de l'indépendance par l'OAS.

D'une durée de 52 minutes, le film, réalisé en 2009, retrace le parcours de Feraoun à travers des scènes commençant par son enfance, en 1913 à Tizi hibel (Tizi Ouzou, jusqu'à son assassinat le 15 mars 1962 par l'OAS, en passant par les étapes les plus marquantes de sa vie : Feraoun l'écolier, l'instituteur, l'écrivain, mais également le militant.

Mêlant des images du passé tirées d'archives avec celles du tournage, le réalisateur a présenté un portrait retraçant la vie de l'écrivain. Son village, Tizi Ouzou, Fort National (Larba Nath Irathène), à Ben Aknoun (Alger) où il fut assassiné en même temps que cinq de ses compagnons par un commando de l'OAS, autant de lieux qui ont vu naître, vivre puis mourir l'intellectuel.

Tout au long de ce documentaire, le spectateur plonge dans un croisement entre le réel et la fiction. Une succession d'images accompagnées d'une voix-off qui relate - en Tamazight - la vie et l'oeuvre de l'écrivain.

L'ensemble des scènes montrent, encore une fois, le colonialisme français dans toute son abjection et des autochtones en prise avec ses affres.

Le documentaire dresse le portrait d'un homme qui a dédié sa vie à l'enseignement et à l'écriture, mais aussi d'un militant des causes justes qui a refusé l'aliénation et mis sa plume au service de la lutte contre la machine coloniale.

La projection a été suivie d'un débat dans lequel le réalisateur a confié que le documentaire était un projet remontant à 1983. Si Mouzaoui a opté pour le genre documentaire, c'est que " faire un film sur Feraoun exige des moyens adéquats ", ainsi qu'il l'a avoué.

Mouloud Feraoun a laissé une oeuvre importante, inaugurée en 1950 avec son premier roman " Le fils du pauvre " (salué par la critique), suivi de " La terre et le sang " (1953), " Jours de Kabylie " (1954), " Les chemins qui montent " (1957), " Lettre ouverte à Camus " (1958), où il reprochait à son confrère d'ignorer l'être et l'identité algériens, et " Les poèmes de Si M'hand " en 1960.

Mouloud feraoun a été assasiné par l'OAS (Organisation de l'armée secrète - ultra, anti-indépendance de l'Algérie), quatre jours avant la publication des accords d'Evian. Avaient péri dans ce même attentat cinq autres instituteurs : Ali Hamoutène, Max Marchand, Robert Eymard, Salah Ould Aoudia et Marcel Basset



ecrivainsmaghrebins.blogspot.com - Mouloud Feraoun
ecrivainsmaghrebins.blogspot.com - Ali Mouzaoui
www.africultures.com - Ali MOUZAOUI


Recherche personnalisée