Recherche personnalisée

mercredi 26 octobre 2011

Mohamed Boudia et Abdelkader Guerine


Je trouve la poésie de Guerine un peu vieillotte et vierge de ce parfum personnel des mots quand on les concasse, les renverse dans notre profond esprit en sublimation, car on ne peut être sérieux quand on laisse un brin de son âme froissée sur un bout de papier, et la avec ces brefs passages de poèmes que j'ai pu lire sur le site de Mohamed Boudia, je ne revois que les images furtives que ma mère me racontait quand j’étais gosse, de la guerre, des soldats noirs d'Afrique.

Mais au-moins avec la "poésie sabirienne" de ma mère, je sentais quelque chose de véritable, de vivant et de vécu par une femme qui malheureusement n'a pas eu la chance de savoir lire et écrire; ce qui nous fait revenir sur le vrai sens de la poésie, qui de source, est une écriture magique parlée et non orthographique.

En bref, la poésie de Abdelkader Guerine est coincée dans des méandres pudeurs pusillanimes ... et ne saurait donner vie aux maux qui nous rongent !



Recherche personnalisée