Recherche personnalisée

vendredi 15 avril 2011

La Troisième Révolution


Peu de politiques et surtout d'intellectuels se sont confiés depuis le début de la Révolution Verte (musulmane) sur les pourquoi et les comment et les devenir de ces mouvements violents, d'une part et d'autres, contre, non seulement la cherté de la vie, mais aussi les instruments répressifs et légaux de l'État incarnés par les service de sécurité, aussi multiples qu'il est difficile de les identifier et leur assumer la responsabilité des actes d'atrocités qu'ils ont commis et commettent chaque dans les pays dits "tiers-mondiste"... surtout en Syrie dont l'écrivain ne cite pas, ainsi que le Yémen, le Bahreïn, et d'autres sur la Voie ...

"C'est la guerre ! Et je ne parle pas seulement de la Libye, mais aussi de l'Egypte et de la Tunisie. Dès qu'il y a des violences et des victimes, j'estime que c'est la guerre !", martèle l'écrivain algérien, avant d'établir un parallèle entre la Libye et la guerre d'Algérie, sujet de son nouveau roman, Hôtel Saint-Georges : "Rien n'a changé, nous sommes toujours à l'époque de la canonnière, de la colonisation et de l'impérialisme. L'intervention des Occidentaux discrédite le soulèvement des Libyens. Une fois encore, ça pue le pétrole !"

www.lemonde.fr - La mémoire enragée de Boudjedra
Recherche personnalisée