Recherche personnalisée

mercredi 26 janvier 2011

Les intellectuels : la grande muette et les sans-rêves !

Ecrit par Amin ZAOUI le Lundi, 24 Janvier 2011.

Je ne parle pas ici des journalistes, ces derniers ont accompli avec brio et succès, aussi avec un grand risque, leur noble tâche d'information quotidienne. Je ne parle pas ici des politiques ou des politicards qui, comme à l'accoutumée, n'ont pas cessé de donner des leçons de morale réchauffée et sans goût, sans odeur ! Excepté quelques déclarations ou commentaires sans profondeur, portés sur les colonnes de quelques titres, les artistes algériens, durant les jours d'émeutes, n'étaient pas en phase avec tout ce qui se passait dans leur ville, dans leur rue, devant leur porte ! On n'a lu ni manifeste ni même

une simple déclaration d'un organisme ou une association culturelle, dite de la société civile. Il n'y a plus de société civile ! Aucun écrivain n'a eu le courage ni l'intelligence de rédiger un texte adressé à ces jeunes égarés et à la classe politique assommée. Je ne parle pas des maquisards de Facebook ! Les Sans-Rêves sont dans la rue ! Ceci explique, et fortement, une profonde coupure installée entre l'artiste intellectuel et la réalité des jeunes Algériens. Si, dans cette société algérienne, devenue sans repères, où les jeunes ont perdu le rêve, les intellectuels eux aussi ont perdu le sens de l'histoire. Ainsi, notre élite se trouve sans écoute, incapable de saisir ce qui se passe sous sa fenêtre ! Dans sa tour d'ivoire, loin du bruit des charmeurs acharnés ! Impuissante ! Entre la voix de son oreiller et celle de la rue inaudible ! Pourquoi nos sociologues, nos économistes, nos philosophes, nos politologues nos juristes ou nos islamologues n'ont-ils pas prophétisé ce qui s'est passé dans nos villes ?...


www.refletsdutemps.fr
www.liberte-algerie.com
Recherche personnalisée