Recherche personnalisée

mardi 30 novembre 2010

Cimetière rêveur par Sidi Abdellah Abdelmalki

Cimetière rêveur
ISBN : 978-2-296-12347-2
juillet 2010 • 74 pages


Ce voyage dans l'univers des mots, des rythmes et des images nous dévoile la violence de la guerre, les blessures de la vie et l'authenticité de la révolte du poète. Les mots s'envolent, car dépouillés. La voix, verbe musical ou rythmé, devient chant. Et les silences font la joie de l'esprit qui pense. Concision, précision poétique et profondeur des émotions, voilà ce qui enchante dans l'écriture du poète.



lundi 29 novembre 2010

La discontinuite enonciative dans L’Infante Maure de Mohamed Dib


La discontinuité énonciative dans L’Infante Maure de Mohamed Dib
Nacer Berbaoui
Doctorant, Université de Béchar

dimanche 28 novembre 2010

Yahia Belaskri


Yahia Belaskri est né à Oran. Après des études de sociologie, il est responsable des ressources humaines dans plusieurs entreprises algériennes puis se tourne vers le journalisme. Un an après les émeutes d’octobre 1988, il décide de s’installer en France ou il excerce comme journaliste à Radio France Internationale.

À travers de nombreux articles, des essais et des nouvelles ainsi que sa participation aux travaux de recherches sur la Mémoire de la Méditerranée, il pose un regard critique empreint d’un profond humanisme sur l’histoire de ­l’Algérie, de la France et des rapports si conflictuels entre ces deux pays.

Il est l'auteur de nombreux articles et de contributions diverses, dont "L'islamisme et l'Europe sociale", in Extrémismes en Europe paru aux éditions de l'Aube. Il a aussi publié une biographie de l'artiste algérien Khaled aux éditions Dauphin Diffusion en 1995, et prochainement paraîtra, aux éditions Paris Méditerranée, Algérie 1992- 2002 : l'épreuve d'une décennie, un ouvrage collectif.

dimanche 21 novembre 2010

Hamid Grine


Hamid Grine est un journaliste et écrivain algérien, né le 20 juin 1954 à Biskra dans le sud-est algérien.
Il a débuté dans le journalisme sportif qu'il a exercé avec brio en Algérie et à l'étranger.
Il est l'auteur de 7 livres sportifs, notamment Lakhdar Belloumi, un footballeur algérien, Editions ENAL, vendu à 20000 exemplaires en 1986.
En 2004, il publie Comme des ombres furtives, Editions Casbah, une série de portraits.
Une année plus tard,Hamid Grine publie le premier essai de communication politique : Chronique d'une élection pas comme les autres qui évoque les élections présidentielles de 2004.
Ensuite, il publie un autre essai philosophique : Cueille le jour avant la nuit (2005), où il décline les philosophes qui l'ont aidé à vivre notamment les Stoïciens ainsi que Swami Prajnanpad, un maître hindou qui a comme disciple français thierry Desjardins ainsi que comte Sponville. En 2006, il édite son premier roman "La dernière prière", toujours chez le même éditeur : Alpha édition. En 2007, "La nuit du henné" qui sera adapté à l'écran par rachid dechemi et mourad Bourboune.

mardi 16 novembre 2010

Makhlouf Bouaich


Makhlouf Bouaich, né le 1er janvier 1955 à Timezrit, dans la wilaya de béjaia (Algérie) est un écrivain algérien qui vit en France. il est né au milieu des années 50, en Kabylie, alors que la guerre d'Algérie bouleversait le pays. Membre de la ligue des droits de l'homme (LDH), il est aussi militant de la cause féminine et a travaillé pendant 5 ans dans une association de défense et d'aide des femmes victimes de violences.

samedi 13 novembre 2010

Ferrudja Kessas

Ferrudja Kessas est née a Paris.

Actuellement, elle anime dans une association des cours d'alphabétisation auprès des femmes et de jeunes enfants.

vendredi 12 novembre 2010

Hamid Skif


Hamid Skif est un écrivain, poète et journaliste algérien né à Oran le 21 mars 1951.

De son vrai nom Mohamed Benmebkhout, Hamid Skif naît dans une famille de commerçants originaires de Bou-Saâda, appartenant à la tribu des Houhi dont était issu l’écrivain Réda Houhou. Il est marqué dans sa jeunesse par un arrière-oncle, premier speaker francophone de Radio-Baghdad dans les années 1930 et l'un des fondateurs de l’ « Organisation secrète » chargée par le MTLD de préparer l’insurrection algérienne de 1954.

Hamid Skif fait ses études au lycée Ibn Badis d'Oran. Il rejoint en 1968 le « Théâtre de la Mer » qui s'installe l'année suivante à Alger et se nommera l´« Action culturelle des Travailleurs » quand Kateb Yacine y intégrera son activité. En 1971 Hamid Skif fait partie, aux côtés notamment de Youcef Sebti, Abdelhamid Laghouati ou Djamel Imaziten, des poètes réunis en 1971 par Jean Sénac pour son anthologie de la jeune poésie algérienne de graphie française et anime en 1972 les soirées poétiques du « Mouggar » . Il participe à la rédaction de l'hebdomadaire « Révolution Africaine » puis, de retour à Oran, travaille au quotidien « La République » . Il est en 1973 arrêté pour la publication d'un reportage sur les mauvais traitements infligés aux citoyens puis muté en 1974 à Alger par mesure disciplinaire pour avoir refusé la liquidation du journal.

Hamid Skif refuse alors de prendre la direction de la revue littéraire « Promesses » fondée par Malek Haddad et rejoint l´ONCIC (Office National du Commerce et de l´Industrie Cinématographique) qu'il quitte en 1975 sous la pression de Ahmed Taleb El Ibrahimi, ministre de l´Information et de la Culture, pour le siège de l´agence « Algérie Presse Service » à Ouargla.

Il est en 1978 nommé responsable de l´APS à Oran et est 3e lauréat du Grand prix national du scénario avec «Une si tendre enfance» dont la télévision algérienne juge le scénario contre-révolutionnaire. La presse lui refuse simultanément la publication de nouvelles qualifiées de « dangereuses ».

mercredi 10 novembre 2010

Abdelmalek Sayad


Abdelmalek Sayad (né en Algérie française en 1933 et décédé en 1998 en France) est un sociologue franco-algérien, directeur de recherche au CNRS et à l'École des hautes études en sciences sociales (EHESS), assistant de Pierre Bourdieu. Fin connaisseur de la communauté nord-africaine en France, il a été décrit par ses amis comme un « Socrate d'Algérie ».

lundi 8 novembre 2010

Fériel Assima


Rhoulem ou le sexe des anges, écrit par Fériel Assima et publié en 1996, est clairement marqué par le conflit violent des années quatre-vingt-dix en Algérie. Parsemé de scènes de violence, ce roman ne détaille pas seulement la vie et la mort d’un hermaphrodite, Rhoulem, mais aussi la violence qui menace de façon omniprésente à tout niveau social. Bien sur, le roman fait partie d’une production littéraire volumineuse des auteurs algériens qui cherchent à décrire et à dénoncer la violence de ces années-là. Parmi ces œuvres, il y en a aussi, comme Rhoulem, qui trouvent l’origine du conflit dans un refus de l’hybridité inhérente au Maghreb. Ces œuvres notent la longue histoire pluriculturelle et plurilingue de la région et critiquent les tentatives de faire de l’Algérie un pays uniquement musulman et arabophone et, dans la vie publique, masculin, en bref, les tentatives d’homogénéiser l’Algérie. Le roman d’Assima fait ces mêmes critiques. Cependant ce qui distingue son roman est la mise en scène du corps hybride de son protagoniste hermaphrodite. En choisissant de parler de l’hybridité de l’Algérie à travers le corps, Assima défie toute une tradition de luttes anticolonialistes qui laissent pour « après » la discussion des différences à l’intérieur du mouvement, surtout les différences sexuelles.

De la violence en littérature. Les écrivains algériens face au tragique

Yassine Temlali
Kateb Yacine ou les batailles littéraires de la guerre anticoloniale
Kateb Yacine n’a publié que deux romans, quelques pièces de théâtre et recueils de poésies (1). Sa notoriété, «inversement proportionnelle au volume de son œuvre» (2), tient aussi bien à son immense talent qu’à son engagement jamais démenti, dans le mouvement indépendantiste d’abord puis, après l’indépendance, dans le mouvement démocratique.
Les figuiers de Barbarie de Rachid Boudjedra
La guerre de libération nourrit dans Les Figuiers de Barbarie de Rachid Boudjedra une interrogation douloureuse sur le destin d’un peuple qui s’est soustrait au joug colonial grâce à une révolution d’une rare violence, dont l’éclat est assombri par de sanglantes purges intérieures qui ont broyé des dizaines de milliers de vies.
 
Littérature algérienne: la proximité du drame
Dans cette interview, l’écrivain Rachid Mokhtari analyse le lien entre les romans algériens parus depuis 1990 et le contexte de conflit et de violence politiques que vit l’Algérie encore aujourd’hui.
 

dimanche 7 novembre 2010

Théâtre : Ahmed Philosophe



Compagnie BALAGAN système - le lundi 08 novembre 2010 de 19h00 à 21h00 - au centre culturel français d’Alger

User de l’humour pour mettre la philosophie à la portée de tous est le pari réussi par le philosophe et dramaturge Alain Badiou.

L’ironie mordante et la subtilité des dialogues font d’Ahmed un maître de philosophie qui, par le rire, enseigne aux plus jeunes que la langue, maternelle ou d’adoption, est la meilleure des armes pour affronter la société et que sa maîtrise est la clé du bonheur et de la liberté. On ne peut qu’être séduit par ce personnage proche de Scapin et d’Arlequin. Ahmed, philosophe bondissant, jovial et raisonneur, vit dans une cité de banlieue. Dédaigné et invisible pour tous, il n’a pas la vie facile et se demande comment se faire une place quand on est à la fois d’ici et d’ailleursUn spectacle tonique et plein d’entrain.

www.ccf-dz.com

Mehdi Belhaj Kacem


Mehdi Belhaj Kacem, né le 17 avril 1973 à Paris, est un écrivain et philosophe franco-tunisien.

Il passe son enfance en Tunisie, qu'il quitte à l'âge de treize ans.

Il écrit à vingt ans son premier roman, Cancer, qu'il réussit à publier l'année suivante, en 1994, grâce à la maison d'édition associative Tristram. Révélé par ce livre, il se tourne en autodidacte vers la philosophie. Il publie alors un essai L'Antéforme, qui inaugure une longue série de livres philosophiques, comme Esthétique du chaos ou Society, dont la radicalité lui attirera quelques controverses.

samedi 6 novembre 2010

Bachir Ridouh


Né en 1942 à Bab-El-Oued (Alger). Professeur en psychiatrie, médecin légiste, criminologue, écrivain, il est actuellement responsable du service de la psychiatrie légale au CHU Frantz-Fanon de Blida.

Articles

VST - Vie sociale et traitements 2006/1 (no 89)
Quelle réparation pour le psychotrauma?
M.A. Bencharif
Bachir Ridouh

Le choc émotionnel ou « blessure invisible » est l’effet le moins manifeste et souvent le moins bien compris du psychotrauma. Il peut constituer pour certaines personnes une véritable fracture existentielle, un véritable bouleversement de l’organisation psychique.

VST - Vie sociale et traitements 2006/1 (no 89)
Fanon et le psychotraumatisme
Bachir Ridouh
Mohammed Chakali

Les événements que connaît notre pays depuis plus de dix ans aujourd’hui ont contraint les professionnels de la santé mentale à une lecture de tout ce qui s’est écrit sur les souffrances qui découlent des situations de conflits sociaux majeurs et de guerre, autrement dit, sur le psychotraumatisme.

Entretien avec le Pr Bachir Ridouh, médecin-chef au service de psychiatrie médico-légale du CHU Frantz- Fanon de Blida
"La toxicomanie est une pathologie"

25 Juin 2009

jeudi 4 novembre 2010

Malek Alloula

Malek Alloula, né le 13 novembre 1937 à Oran, est un écrivain algérien de langue française qui poursuit des activités éditoriales à Paris depuis 1967.

Élève de l’École normale supérieure, il a fait ses études de Lettres modernes à la faculté d’Alger, ensuite en Sorbonne à Paris, avec un sujet de thèse sur Denis Diderot et le XVIIIe siècle. Écrivain, critique littéraire, poète, Malek Alloula préside l’association qui contribue à faire connaître l’œuvre de son frère assassiné en 1994, le dramaturge Abdelkader Alloula.

Rachid Mokhtari


Rachid Mokhtari est universitaire, essayiste spécialiste dans la critique littéraire et artistique, il anime également des émissions radiophoniques, consacrées à la littérature.

mercredi 3 novembre 2010

Alger, mon beau navire

Les écrivains maghrébins, entre autres, ont saisi cette dimension de l’écriture romanesque en détournant l’objet douleur de son sens premier. Soit en le contournant, soit en retravaillant la langue française, soit en inoculant dans leur oeuvre des structures narratives nouvelles, en dynamitant la narration classique, en rompant avec le récit canonique européen. La narration se retrouve éclatée, spiralée, interrompue, bouleversée, chaotique ou fragmentée, pour mieux frapper le lecteur, le rendre inquiet et désorienté au point de le déstabiliser, de le mettre dans une position de doute permanent et d’inconfort.
Cette aventure d’une écriture est bien plus audacieuse et porteuse de sens qu’une écriture d’une aventure, où le lecteur est guidé sagement vers une fin attendue et logique. L’éclatement du récit, la violence du texte, la polyphonie contestatrice installée dans la grande et la petite histoire, amènent le lecteur à réfléchir aussi à la douleur de l’écrivain et de ses personnages. Le partage des émotions, de la souffrance, est à ce prix.

In : venneryann.blogspot.com

mardi 2 novembre 2010

Francophonie et Francophilie

La francophonie (avec un f minuscule) renvoie à la langue française en elle-même et désigne le fait de parler français. La Francophonie (avec un F majuscule) est un ensemble plus difficile à circonscrire. Il désigne souvent l'ensemble des personnes qui parlent le français où comme langue maternelle, langue d'usage, langue administrative ou d'enseignement ou langue choisie. Le mot Francophonie peut aussi renvoyer à une communauté constituée de pays francophones mais aussi quelquefois à l'ensemble des pays ou régions membres de l'Organisation internationale de la francophonie.

L'expression « espace francophone » est aussi employé pour désigner l'espace où l'on parle le français.

La francophonie, en tant que fait de parler français, est une composante de la politique étrangère de la France et d'autres pays membres de l'espace francophone.

fr.wikipedia.org - Francophonie

La Francophilie désigne, chez une personne étrangère à la France, son goût prononcé pour les aspects culturels et civilisationnels développés par ce pays. Elle est aussi appelée gallomanie à l'étranger.

fr.wikipedia.org - Francophilie





laboutansi.crdp-limousin.fr

Arezki Mellal

Arezki Mellal vit à Alger, où il est né en 1949. Graphiste, maquettiste, éditeur de livres d'art, scénariste de BD, il a toujours évolué dans l'univers du trait et de la lettre, jusqu'aux années 1990, quand, au lendemain de la suspension du processus électoral, l'Algérie plonge dans la "décennie rouge". Arezki Mellal choisit alors de se consacrer à l'écriture : J’aurais pu ne jamais écrire. Non, j’ai toujours écrit, mais sans publier, et j’aurais pu ne jamais publier... je crois que c’est la situation, il a fallu qu’on en arrive là pour me décider, non seulement à éditer mais à écrire plus que ce que j’écrivais. C’est terrible que la littérature demande parfois je ne sais quelle plongée dans l’horreur, dans l’indicible.

Yamina Berrabah

Je m’appelle Yamina Berrabah, j’ai 47 ans, le bonheur et l'insigne honneur d’être algérienne. Ce grand pays, si sauvage, si beau, que j’aime de tout mon coeur, de toutes mes forces. Au point d'avoir consigné mes merveilleux souvenirs, bien que parfois douloureux, dans un roman autobiographique intitulé « Algériennes à perpétuité » qui vient de paraître aux éditions L'Harmattan.

J'y raconte mes longues années d'enfermement ainsi que celles de ma mère, tout là-bas dans un joli village du bord de mer, Aïn-El-Turck, sous le joug d'un père, officier de marine, pour lequel le mot affection fut toujours banni de notre vocabulaire. Ce bédouin farouche, fier au-delà de tout entendement, aux yeux de braise et cheveux noir bleuté, pétri sans pitié par son Sahara natal, n'en fut pas moins un grand sentimental qui fredonnait comme personne les chansons de Frank Sinatra.

J'y raconte également ma terrible grand-mère Bakhta au coeur si dur, la tante Halima, conteuse-née, tatouée telle une Apache, l'oncle Bahos aux grands yeux clairs, si respectueux des coutumes, qui n'en fréquenta pas moins assidûment les bordels. J'y raconte mes oncles Boujemâ et Lakhdar (alias Khidour) qui passèrent leur temps à voler le pauvre monde entre deux prières sur leur tapis, Largo le pêcheur marocain, les frères Soriano qui bâtirent leur fortune sur la cochonaille. Et tant d'autres personnages hauts en couleur !

Recherche personnalisée