Recherche personnalisée

mercredi 30 juin 2010

Aouadene Renia



Je suis née à Marseille de parents algériens originaires d’Iboulaouadène commune de Boukhelifa où je séjourne régulièrement. J’ai fait des études de Littérature et Civilisations hispano-américaines à l’Université d’Aix en Provence ainsi que des études en Sciences de l’éducation.
J’ai vécu ensuite à Cordoue et Grenade où j’ai étudié l’histoire de l’Espagne arabo-berbèro-musulmane.
J’ai été militante associative, animatrice socio-culturelle et j’ai travaillé comme Formatrice auprès des populations en difficultés d’insertion sociale et professionnelle pendant 5 ans.
J’enseigne dans un Lycée Régional des Métiers à Marseille, la Littérature Française et l’Histoire et je suis responsable de différents projets socio-éducatifs à l’intention des élèves en difficulté scolaire notamment dans le cadre d’échange avec l’Espagne.
Parallèlement, je fais des lectures de mes poèmes accompagnée d’un musicien Denis Chauvet, guitariste, bassiste, auteur- compositeur.
Lauréate de concours de poésie et de nouvelles.
Participation à différents festivals du Livre, conférences, rencontres.

mardi 29 juin 2010

Siham Benchekroun


Siham Benchekroun est née à Fès. C'est un médecin, une journaliste, une romancière et poète marocaine.

Après des études de médecine au Maroc, elle fonde la première revue médicale marocaine indépendante et devient ainsi une pionnière dans le journalisme médical marocain. Elle dirige pendant quinze ans ce groupe de presse professionnelle, spécialisé dans les questions de santé, où elle occupe également les fonctions d'éditorialiste et de directrice de publication, puis le cède en 2008 pour se consacrer à l'écriture et à son cabinet médical.

mercredi 23 juin 2010

Amina Saïd


Née à Tunis en 1953 d’une mère dauphinoise et d’un père tunisien, Amina Saïd vit à Paris où elle est enseignante. D’expression francophone, Amina Saïd est une des plus grandes voix de la poésie maghrébine. Elle est notamment l’auteur de deux livres de contes tunisiens (Le Secret, Critérion, Paris, 1994, et Demi-coq et compagnie, L'Harmattan, Paris, 1997) et de douze recueils de poésie :

jeudi 17 juin 2010

Mohammed Arkoun

Mohammed Arkoun (1928--) est un intellectuel franco-algérien, philosophe et historien de l'islam. Un des professeurs les plus influents dans l'étude islamique contemporaine, il est professeur émérite d’histoire de la pensée islamique à la Sorbonne (Paris III), et enseigne l’« islamologie appliquée », discipline qu'il a développée, dans diverses universités européennes et américaines, en référence à l'anthropologie appliquée de Roger Bastide. Parmi ses sujets de prédilection, l’impensé dans l’islam classique et contemporain.

Mohammed Arkoun se situe dans la branche critique du réformisme musulman. Prônant le modernisme et l'humanisme islamique, il a développé une critique de la modernité dans la pensée islamique, et plaide pour un islam repensé dans le monde contemporain. Il y a consacré de très nombreux ouvrages dont La Pensée arabe (Paris, 1975), Lectures du Coran (Paris, 1982), Penser l'islam aujourd'hui (Alger, 1993), ou encore The Unthought in Contemporary Islamic Thought (Londres, 2002).

mardi 15 juin 2010

Mouloud Mammeri


Mouloud Mammeri (1917-1989) est un écrivain, anthropologue et linguiste Algérien.

Mouloud Mammeri (Mulud At Mɛammar en Tamazight) est né le 28 décembre 1917 à Taourirt Mimoune (Ath-Yenni) en Haute Kabylie. Il fait ses études primaires dans son village natal. En 1928 il part chez son oncle à Rabat (Maroc), où ce dernier est alors le précepteur de Mohammed V. Quatre ans après il revient à Alger et poursuit ses études au Lycée Bugeaud (actuel Lycée Emir Abdelkader, à Bab-El-Oued, Alger). Il part ensuite au Lycée Louis-le-Grand à Paris ayant l'intention de rentrer à l'École normale supérieure. Mobilisé en 1939 et libéré en octobre 1940, Mouloud Mammeri s’inscrit à la Faculté des Lettres d’Alger. Remobilisé en 1942 après le débarquement américain, il participe aux campagnes d’Italie, de France et d’Allemagne.

samedi 12 juin 2010

Si Amar U Said Boulifa

Si Amar U Said Boulifa (ou Amar Saïd Boulifa) est un homme de lettre Kabyle, considéré comme le «précurseur berbérisant», vraisemblablement né en 1861 au village d’Adeni dans l’actuelle commune d’Irjen, daïra de Larbaa Nath Irathen (Tizi Ouzou).

Orphelin très jeune, son oncle le fait scolariser à Tamazirt la toute première école ouverte en Kabylie (1875). Un établissement qui formera de nombreuses générations au savoir moderne. Instituteur formé à l’école normale de Bouzareah dans les années 1890, il devient par la suite linguiste, sociologue et historien (notamment à la Faculté des Lettres d'Alger). Il s’insurge contre les conclusions intentionnées du général anthropologue Adolphe Hanoteau faites sur la société kabyle à travers son ouvrage d’analyse poétique intitulé : Les chants populaires du Djurdjura. Pour rappel, le général faisait partie de la vaste conquête de la région engagée par les forces d’occupation françaises à partir de 1857.

Il prit sa retraite en 1929 et mourut à Alger en 1931 où il fut inhumé.

vendredi 11 juin 2010

Abdelwahab Meddeb


Abdelwahab Meddeb, né en 1946 à Tunis, est un écrivain, poète et animateur de radio franco-tunisien.

Directeur de la revue internationale Dédale, il enseigne la littérature comparée à l'Université Paris X. Il est aussi professeur invité dans de nombreuses universités (dont Yale et Genève). Il anime l'émission Cultures d'islam sur France Culture.

Francophonie


Qui sommes-nous ?

Forte d’une population de plus de 803 millions et de 200 millions de locuteurs de français de par le monde, l’Organisation internationale de la Francophonie (OIF) a pour mission de donner corps à une solidarité active entre les 70 États et gouvernements qui la composent (56 membres et 14 observateurs) - soit plus du tiers des États membres des Nations unies.

mardi 8 juin 2010

Rachid Koraïchi

Rachid Koraïchi est un peintre algérien contemporain, né en 1947 à Ain Beida.

Imprégné de culture soufie, Rachid Koraïchi s’est passionné dès son enfance pour les vieux manuscrits dans lesquels il admirait les signes et les traits, leurs mouvements, leurs arabesques. Il a découvert avec le même émerveillement la puissance des symboles, le mystère des talismans, les peintures rupestres du Tassili. C’est pourquoi dans son œuvre se retrouvent de façon récurrente le nombre sept, hautement symbolique chez les Grecs, en Chine, dans la Bible, le Coran; ou encore le cercle de la perfection; l’étoile et sa lumière.

Rachid Koraichi fréquente l'École des beaux-arts d'Alger et à Paris l'École nationale supérieure des arts décoratifs. Il expose depuis 1970 ses créations.

lundi 7 juin 2010

Ahmed Sefrioui

Ahmed Sefrioui (en arabe: أحمد الصفريوي) est le premier écrivain marocain de langue française. Il est né à fes en 1915. Il a grandi dans la médina, d'où la présence prégnante de cet espace dans son œuvre et particulièrement dans La boîte à merveilles.

Sefrioui fut fondateur du musée Al Batha à Fès, une ville omniprésente dans la majorité de ses écrits. De l’école coranique aux écoles de Fès puis arrivé à la langue française, se manifeste tout un parcours qu’on trouve aussi présent dans ses écrits (historiques). Il fut journaliste dans « L’action du peuple », puis conservateur du musée «Albatha» à Fès, enfin fonctionnaire à partir de 1938 aux ministères de la Culture, de l’Éducation nationale et du Tourisme à Rabat. Il est mort le 25 février 2004 à Rabat.

samedi 5 juin 2010

Fadéla Chaïm

Fadéla Chaïm-Allami, née à Alger, journaliste, fit son premier récital à l’âge de 13 ans au cours duquel le poète Jean Sénac l’encouragea à continuer d’écrire. Une exposition murale fut consacrée à sa poésie, en 1976, à ce qui fut la Galerie des expositions de l’ancien Hôtel de Ville (aujourd’hui siège de l’Assemblée nationale) de la capitale algérienne. En 1978, elle fait deux autres récitals dans la capitale algérienne puis à Boumerdès (petite ville du littoral toute proche). Par la suite, c’est le silence mais elle continue d’écrire. En 2008, elle sort de l’ombre en participant au 2e Festival international de la poésie à Paris. Fadéla Chaïm-Allami vit depuis de nombreuses années en France. Le "Diwân du silence mugissant" est sa première publication.

Recherche personnalisée