Recherche personnalisée

dimanche 30 mai 2010

Mohamed Sehaba

Poète et écrivain algérien, Mohamed Sehaba est né en 1952, a Oran. Il a été tour a tour formateur de dessin industriel, enseignent de français, journaliste culturel dans de nombreux journaux algériens, traducteurs littéraire pour le compte d'Al-Ahram Hebdo du Caire, et directeur de collection dans une maison d'édition.

Une seule constante dans sa vie, la poésie. Il a publie sept recueils de poèmes, dont Remparts, chronique du silence et Les chants de l'amant oranais. Il fait apparaître, également un roman, Le royaume des contrées mortes, en 2004.

Après un exil de huit ans au Caire, ou il a traduit en français de nombreux textes littéraires d'auteurs arabes, il retourne a sa ville natale en 2002. C'est dans les mois qui suivent qu'il écrira Hommage a l'errant.

Mohamed Sehaba est actuellement enseignant de français et chroniqueur dans un journal de l’ouest algérien.

mardi 25 mai 2010

Hichem Djaït


Hichem Djaït (هشام جعيط), né le 6 décembre 1935 à Tunis, est un historien et islamologue tunisien.

Il appartient à une famille de la haute bourgeoisie tunisoise. Après des études secondaires au Collège Sadiki, il obtient son agrégation en histoire en 1962 à Paris. Spécialiste de l'histoire islamique du Moyen Âge, il écrit par la suite de nombreux ouvrages publiés en Tunisie et en France.

Membre de plusieurs commissions internationales, il mène une réflexion sur l'entrée du monde arabo-musulman dans la modernité.

Docteur ès lettres et sciences humaines à Paris, en 1981, il est professeur émérite à l'Université de Tunis et professeur visiteur à l'Université McGill (Montréal), à Berkeley (Californie), au Collège de France, etc.

mardi 18 mai 2010

Rachid Boudjedra


Rachid Boudjedra, né à Aïn Beida (Constantinois) en 1941, est un écrivain et poète algérien de langue française et de langue arabe. Il passe sa jeunesse à Aïn Beida. Issu d'une famille bourgeoise, il commence ses études à Constantine et les poursuit à Tunis (Tunisie).

Dés 1959, il prend le maquis. Blessé, il voyage dans les pays de l'Est, puis l'Espagne, où il est représentant du FLN.

En 1962, après l’Indépendance, il rentre au pays natal et devient un étudiant syndicaliste. Il entreprend alors des études de philosophie à Alger et à Paris. Il obtient une licence de philosophie à La Sorbonne en 1965 et achève son cursus en présentant un mémoire sur Céline. Il se marie avec une Française.

lundi 17 mai 2010

de Terre, de Ciel, de Rimbaud


Un homme marche sur les routes et les chemins d’Ardennes. Pour seuls bagages, il emporte avec lui des crayons, un cahier de croquis et les poèmes d’Arthur Rimbaud. Il mène une quête pour sa peinture, les Ardennes se dessinent devant lui : paysages, histoire, traditions… Tout apparaît et reprend un sens nouveau. Les Ardennes, « Comme une fleur qui ne dirait pas son nom », de terre, de ciel, et de Rimbaud…

vendredi 14 mai 2010

Faïza Guène


Faïza Guène (née en 1985 à Bobigny) est une romancière et réalisatrice française de famille d'origine algérienne. Elle vit à Pantin.

Son premier roman, Kiffe kiffe demain, a été l'une des meilleures ventes de l'année 2004 et a été traduit dans 26 pays. Il a été vendu à 400 000 exemplaires en France. Elle publie en 2006 Du rêve pour les oufs, puis, en 2008, Les gens du Balto, aux éditions Hachette Littératures.

Ses romans dressent le portrait de gens ordinaires, d'antihéros, en utilisant une langue revigorée et souvent argotique. Ce style particulier, assez courant dans de nombreux autres pays comme en témoigne les livres du romancier Irvine Welsh, est plutôt rare et déconsidéré en France. La jeune romancière porte un regard particulièrement critique sur la société française.

mercredi 12 mai 2010

Malika Mokeddem

Malika Mokeddem, née le 5 octobre 1949 à Kenadsa (à l'époque Algérie française), est une écrivaine algérienne.

Médecin de formation (elle est spécialiste en néphrologie), elle fait ses études à Oran, puis à Paris. Elle s'installe à Montpellier en 1979.

Malika Mokeddem arrête l'exercice de sa profession en 1985 pour se consacrer à la littérature.

Elle obtient le Prix Littré 1991 pour Les hommes qui marchent (Éditions Ramsey). Comme Sultana, l'héroïne de son roman L'interdite, Malika Mokeddem n'a jamais cessé de se battre pour que toutes les femmes puissent étudier et être libérées de l'oppression qu'elle subissent de la part des hommes. Ses livres sont animés par l'amour et la violence avec lesquels elle mène ce combat.

vendredi 7 mai 2010

Kermousse El N'ssara

Kawter Krim. Fille benjamine de Krim Belkacem : Mon père n’est pas une fiction

« Mon père est mort dignement. Je ne veux pas qu’on salisse sa mémoire. Laissez-le reposer en paix.

Je me sens agressée quand je lis les déclarations de Rachid Boudjedra dans la presse, quand je lis son roman* ! Il accuse mon père d’avoir assassiné Abane Ramdane. Il fait des parallèles dans son roman entre “l’assassin de Abane“ et le colonel Bigeard ! C’est inadmissible. Pourquoi le ministère de la Culture, celui des Moudjahidine, l’Organisation nationale des moudjahidine ne réagissent-ils pas quand un auteur insulte et accuse mon père d’assassinat ? Où sont ses compagnons d’armes ? J’entends dire que le projet du réalisateur Ahmed Rachedi sur mon père a été bloqué. Je voudrais savoir pourquoi. Nous sommes sa famille, on voudrait savoir de quoi il s’agit. Mais personne ne nous dit rien. Il ne s’agit pas de museler la parole, d’être contre la liberté d’expression. Mais un romancier ne peut balancer des accusations aussi graves sans apporter des preuves, des documents, des témoignages.

mercredi 5 mai 2010

Youssef Seddik


Youssef Seddik, né en 1943 à Tozeur, est un philosophe et anthropologue tunisien spécialiste de la Grèce antique et de l'anthropologie du Coran.

Seddik affirme qu'il est « légitime pour tout musulman de relire et d'interpréter le Coran de son point de vue personnel », recommandant donc de le lire « en dehors de toute source traditionnelle et avec un regard neuf ».

Recherche personnalisée