Recherche personnalisée

jeudi 9 septembre 2010

Hélé Béji

Hélé Béji, née en 1948 à Tunis, est une écrivaine tunisienne.

Agrégée de lettres modernes, elle a enseigné la littérature à l'Université de Tunis avant de travailler à l'Unesco en tant que fonctionnaire internationale. En 1998, elle fonde le Collège international de Tunis qu'elle préside actuellement.

Elle a écrit de nombreux livres et participé à de nombreux ouvrages collectifs. De plus, elle écrit bon nombre d'articles dans les revues Le Débat et Esprit. En 2008, elle fait partie du jury du prix du Roman arabe.

Elle reçoit en 1983 le prix de l'Afrique méditerranéenne de l'Association des écrivains de langue française.



Publications

Désenchantement national. Essai sur la décolonisation, François Maspéro, Paris, 1982
ISBN-10 : 2707113085
ISBN-13 : 978-2707113085

L'œil du jour, Maurice Nadeau, Paris, 1985, Cérès Productions, Tunis, 1993


Itinéraire de Paris à Tunis : satire, Noël Blandin, Paris, 1992
ISBN-10: 2907695517
ISBN-13: 978-2907695510

L'art contre la culture : Nûba, Intersignes, Paris, 1994

Dernières nouvelles de l'été, Elyzad, Tunis, 2005

Une force qui demeure, Arléa, Paris, 2006
ISBN-10 : 2869597258
ISBN-13 : 978-2869597259


Née dans une société musulmane, élevée dans une famille libérale et tolérante, Hélé Béji a pu observer les traditions sans en subir les contraintes ni les interdits. Elle y a découvert un monde spirituel où s'est forgé l'itinéraire de sa liberté.
" Serais-je une femme archaïque ? ", se demande l'auteur face au malaise de la femme moderne. Non, car l'expérience du passé lui a révélé avec une lucidité plus aiguë le sens de la modernité. Si la femme traditionnelle nous dévoilait le trésor du quotidien dans le " souci de la demeure ", la femme moderne, elle, a gagné de haute lutte sa place dans la société. Mais aurait-elle perdu sa relation au monde? Pour affirmer et enrichir sa liberté nouvelle, la femme doit repenser cette " force qui demeure ". Au-delà de son identité féminine, saura-t-elle affirmer son humanité féminine ? " La grandeur de la femme, dit Hélé Béji, ne doit pas se bâtir sur la misère de l'homme. "

Entre Orient et Occident. Juifs et musulmans en Tunisie, de l'Éclat, Paris, 2007
ISBN-10 : 2841621448
ISBN-13 : 978-2841621446


Pendant longtemps, les historiens ont considéré que le Maghreb avait "bénéficié" d'un choc culturel venu d'Occident, qui avait révolutionné ses modes de vie et de pensée et l'avait fait basculer dans la modernité. Le cas de la Tunisie aux XVIIIe et XIXe siècles permet de relativiser cette thèse en montrant comment une double influence des Lumières orientales et occidentales o permis le développement d'une vie publique et culturelle où les communautés juives et musulmanes, écartées également du pouvoir colonial, ont pu vivre dans un dialogue constant jusqu'à l'aube des affrontements idéologiques du XXe siècle. Des chercheurs français, tunisiens et israéliens ont ainsi participé à ce volume, fruit d'une rencontre qui eut lieu à la Sorbonne en avril 2003 à l'initiative de la Société d'Histoire des Juifs de Tunisie.

Nous, décolonisés, Arléa, Paris, 2008
ISBN-10 : 2869597991
ISBN-13 : 978-2869597990


" La décolonisation est la forme la plus instinctive et la plus avancée de la liberté. Elle est l'avant-garde de toutes les libertés. Mais elle est la plus malheureuse de toutes, car elle n'a pas tenu ses promesses... Nous avions fait l'Histoire, nous étions au cœur de l'Histoire, et l'Histoire nous avait comblés à profusion. Pourtant, après avoir reçu en héritage cette grâce miraculeuse, nous ne l'avons pas gardée. Qui nous l'a dérobée ? Cette histoire était la nôtre et, si nous l'avons perdue, c'est de notre faute. Nous n'avons pas recouvré ce dont nous croyions avoir été spoliés, et nous avons dilapidé ce que nous avions reçu. " Ces mots d'Hélé Béji donnent le ton de cet essai rigoureux sur la grande épopée de la décolonisation et ce qu'elle est devenue, un demi-siècle après. Cette brillante auto-analyse, si elle fait une part importante aux extraordinaires avancées qu'elle a permises, à commencer par la liberté des peuples à disposer d'eux-mêmes, pointe aussi avec la lucidité du trait vécu les erreurs, les fourvoiements et les dévoiements qui en ont découlé. Que reste-t-il de cette extraordinaire aspiration qui a porté tant de peuples vers leur indépendance ? Se pose alors l'incontournable question de la difficile harmonie entre l'aspiration politique et l'exercice du pouvoir. Sans évitement ni compromis d'aucune sorte, Hélé Béji dresse le constat implacable de ce rendez-vous manqué avec la promesse de la souveraineté. Nous, décolonisés, par sa liberté critique, n'hésite pas à mettre le décolonisé face à ses responsabilités dans le destin du monde, et à l'obliger à un honnête examen de conscience s'il ne veut pas troquer ses vieilles servitudes contre de nouveaux esclavages. S'il a incarné le visage de l'humain, il n'est pas à l'abri de l'attrait qu'il ressent pour l'inhumain. Mais fondera-t-il un nouvel humanisme ? Apportera-t-il sa lumière à l'équilibre du monde ?

fr.wikipedia.org - Hélé Béji
Recherche personnalisée