Recherche personnalisée

vendredi 27 août 2010

Abdelkader Hadj Hamou


Né en 1891 à Miliana, fils du cadi honoraire de la ville. La famille Hadj Hamou de Miliana descend d’un marabout de Mascara. Un autre ancêtre a été Malik de Mazouna : nombreux savants dans la famille.
Abdelkader Hadj Hamou a été vice-président de l’Association des Ecrivains Algériens fondée par des français algérianistes. Franc-maçon comme Jean Pomier. « Indigène citoyen français ». Professeur d’arabe, titulaire de la chaire de la Grande Mosquée pendant près de 20 ans; mouderrès a Saint Eugène. Diplômé d’interprétariat judiciaire (tribunaux de 1ère classe). Mort en 1953.



* Zohra; la Femme du mineur. Paris. Ed du Monde moderne, 925, 223 p., roman. Préface d'Albert de Pouvourville.

* Les Compagnons du jardin, Paris, Donat-Montchrestien, 1933, 193 p., essai dialogué avec Robert Randau, et sous le pseudonyme d'Abdelkader Fikri.

L'auteur avait d'ailleurs deux adresses dans Alger, l'une pour Hadj Hamou l'autre pour Fikri. Son roman est le deuxième dans le corpus des romans algériens de langue française. L'auteur a Ecrit aussi des nouvelles et des chroniques sur la presse et la littérature arabes dans des périodiques. Tout en tenant à son islamité, il rêvait d'une Algérie à jamais française. « Le rêve serait, disait-il en 1925, l'assimilation totale. ». Demeurent un roman inédit, « roman d'un sensuel »: Le Miracle de Mourad, et des « contes et nouvelles arabes ». Le Chat et le muet. Au nom du personnel enseignant des Mosquées, il avait prononcé un discours lors de la «Fête de l'Union des Populations françaises et Indigènes» à Sidi Ferruch le 14 juin 1930, ainsi qu'au « nom des Ecrivains français d'origine arabo-berbère».

Zohra, la femme du mineur
El- Moudjahid Culturel n° 243 du mercredi 25 mai 1977. p. 03
Ecrit par : ABROUS Toudert

Dans Miliana, la rose du Zaccar, l'arabe se mêle au français, à l'italien, à l'espagnol. Dans cette ville cosmopolite, et bigarrée des années 1920, de citadins et de mineurs venus d'un peu partout, est racontée l'histoire d'une famille algérienne, vivant dans ta tranquillité et la simplicité, dans la dévotion et la croyance. Mais pour devenir " civilisé ", il faudra payer le prix. Et quel prix ? Celui de la dégradation de la personnalité humaine…

La trame de l'histoire est très simple en elle-même. L'intrigue anodine n'est là que pour gonfler le roman Si Miliani, honnête homme, croyant, respecté, travaille à la mine de fer de Zaccar. Pendant ce temps, sa femme encore jeune garde et entretient la maison Tout irait pour le mieux dans le meilleur du monde si ce début de conte de fées n'était perturbé par le vivant, mais énigmatique Grimecci, un Italien ami de Miliani. Cet ami entraînera le respectueux et respecté Miliani à la boisson.

Ce même ami qui lui a appris à boire, l'enverra en prison pour une nuit d'abord, cinq ans ensuite. Devant le changement subit de Miliani, Zohra sa femme essaiera de le raisonner, puis attendra et patientera enfin jusqu'à sa mort en emportant avec elle l'image de son mari d'avant. Le jour même où est enterrée sa femme, Miliani inculpé injustement de meurtre sera condamné à cinq ans de travaux forcés. Le vraie assassin n'écopera que d'une année.

Quant à l'intrigue, elle tourne entre Miliani et Zohra, noyau principal Grirnecci, sa femme Thérèse et Rosette, une jeune juive.

L'Italien abandonne sa femme pour aller vivre avec Rosette. Thérèse jalouse tuera son mari avec le fusil de Miliani.

Miliani n'aura pas le courage, à sa sortie de prison, de revenir à Miliana. Il ira au Maroc sous un autre non : " El Menssi " en souvenir de sa femme qu'il avait " oubliée ".

Mais au-delà de la simple trame de l'histoire, l'auteur a soulevé quelques problèmes encore vivaces : critique du maraboutisme, des superstitions et " des fils presque innombrables des marabouts". (Page 89),

L'exploitation de l'Algérien, par le Français, l'inégalité dans le travail entre l'Algérien et les autres, la supériorité de la langue. " Comment... Tu oses comparer la langue française à une langue de sauvages ? ".

Le rôle et l'attitude de femme algérienne décrits sans tâches, ni bavures, tout au long de ce livre, comme la gardienne de la personnalité algérienne.

Sans entrer dans le détail, à partir de dialogues ou d'anecdotes, l'auteur critique le pays occupant à travers l'attitude de ses ressortissants et son " rôle civilisateur " dont le premier précepte est de boire, le second, de faire fi de la religion. Cette civilisation entraînera Miliani dans la dégradation :

"Celui-ci ne faisait plus les cinq prières quotidiennes... on se lasse vite de bien faire, de vivre en paix…Autrefois, il s'interdisait de regarder le visage d'une femme même européenne, il devint moins sévère pou lui-même ": (Pages 23 -24).

Doucement la pente entraînera Miliani vers sa perdition et ce n'est qu'après avoir payé de la vie de sa femme et de cinq années de la sienne qu'il reprendra une autre vie.

Ce roman, écrit en français par un Algérien, est le premier du genre. Découvert par hasard aux archives de la wilaya d'Alger, le livre a été écrit vers les années 20, et édité aux " Editions associés " en 1925.

L'auteur Abdelkader Hadj Hamou, dont nous ne connaissons presque rien, est un Milianais. Albert de Pouvourville, lui aussi inconnu, dit dans une préface de deux pages, que ce livre est écrit " par un Berbère, par un homme de race africaine et brune ".

Revenons à cette préface; chef d'oeuvre de racisme et de paternalisme, où cet inconnu vante les bienfaits de la colonisation (pardon civilisation) française.

" La France est la seule des puissances coloniales qui ait acquis son domaine extérieur dans un but spirituel... Donc il faut parler d'une très belle victoire de la nation régénératrice et productrice. "

Quelques lignes plus bas, le ton paternaliste revient et nous rappelle celui de notre instituteur nous tirant l'oreille à chaque faute d'orthographe. Qu'on en juge :

"Le lecteur s'en apercevra sans peine aux ingénuités de la trame romanesque, aussi bien qu'aux naïvetés presque enfantines de telle tournure de phrase, qui relèvent de l'âge des premières dents... "

Il conclut ainsi par cette tirade combien grande et généreuse comme la France.

" Et nous n'avons voulu rien chercher de plus, nous autres, premiers et modestes, mais ardents constructeurs de l'empire colonial de notre pays "

Pour en revenir au livre, disons que loin d'être un chef-d'œuvre, il est intéressant du fait qu'il nous renseigne sur la vie quotidienne d'une ville algérienne des années 20-25, et aussi parce que c'est le premier roman écrit en français par un Algérien.
La coloration locale si bien détaillée, la vie des Algériens si bien décrite, la richesse et la variété des thèmes abordés quoique superficiellement, pourraient donner naissance, avec ce retard, à un grand film, voire donner lieu à une réédition.





milianaville.com

Partager
Recherche personnalisée