Recherche personnalisée

lundi 5 juillet 2010

Nassira Belloula



(Nassira Azouz) Nassira Belloula est née à Batna en février 1961. Elle est diplômée de l’école nationale des cadres de la jeunesse. Sa passion pour l’écriture va la pousser vers le journalisme. Avec l’avènement de la presse privé dite indépendante en Algérie, elle rejoint, dès 1993, plusieurs rédactions : le Matin, où elle exercera jusqu’en 1997 comme journaliste dans les rubriques Société et National, La nouvelle République où elle occupera le poste de chef de la rubrique Société et Liberté quelle rejoindra en septembre 2001, où elle assume la responsabilité de la rubrique culturelle. Auteur de quelques ouvrages dont « Algérie massacre des Innocents » paru en France en 2000, Nassira à la fois épouse et mère de trois filles, fait partie de la commission nationale consultative de protection et promotion des droits de l’homme (CNCPPDH), et du comité adhoc chargé de la question des disparues.


Je découvre « Une saison en enfer » de Rimbaud à l’âge de 13 ans et, depuis les verbes, les mots et l’écriture font partie de mon univers, j’étais attirée en premier par la poésie, ce qui donnera naissance à un recueil de poésie « Les portes du soleil », qui a été édité en 1983 par l’ENAL. Ma passion pour l’écriture me poussera naturellement vers le journalismes, un métier prenant et passionnant qui alimentera mes besoins d’écriture. L’expression journalistique m’a permis d’aller de l’avant dans mon ambition de devenir écrivain. C’est ainsi que j’ai écris deux romans : « La revanche de May », paru aux éditions ENAG en mars 2003 et « Rebelle en toute demeure »,paru aux éditions CHIHAB en mars 2003.









Algérie-News s'en prend à Nassira Belloula

Nassira Belloula (essayiste, romancière, poétesse) a rédigé un article sur Taslima Nasreen : « Être femme au Bangladesh » qui a été publié dans le quotidien Algérie news en date du 30 juin 2008 avec l'approbation de la rédaction en chef.

Réaction de Nassira Belloula
21 septembre, 2008 Posté dans Libre débat

Je viens de tomber sur votre blog et sur l'article me concernant. Je suis un peu désorientée, car je ne voudrais pas d'un tel débat me concernant. Je ne suis pas contre la liberté d'expression, loin de là, les gens ont le droit de dire ce qu'ils veulent. Mais je ne voudrais en aucun cas que mon nom soit ainsi malmené ou soutenu. J'ai fait une carrière exemplaire dans le journalisme, j'en suis fière. Je suis fière aussi de faire partie d'une commission, certes décriée mais qui est constituée de personnes remarquables qui donnent de leurs temps. Il ne faut pas parler des choses que l'on ne sait pas.

aintouta.superforum.fr
leblogdeahmedhanifi.blogspot.com
www.suite101.fr

Recherche personnalisée