Recherche personnalisée

mardi 8 juin 2010

Rachid Koraïchi

Rachid Koraïchi est un peintre algérien contemporain, né en 1947 à Ain Beida.

Imprégné de culture soufie, Rachid Koraïchi s’est passionné dès son enfance pour les vieux manuscrits dans lesquels il admirait les signes et les traits, leurs mouvements, leurs arabesques. Il a découvert avec le même émerveillement la puissance des symboles, le mystère des talismans, les peintures rupestres du Tassili. C’est pourquoi dans son œuvre se retrouvent de façon récurrente le nombre sept, hautement symbolique chez les Grecs, en Chine, dans la Bible, le Coran; ou encore le cercle de la perfection; l’étoile et sa lumière.

Rachid Koraichi fréquente l'École des beaux-arts d'Alger et à Paris l'École nationale supérieure des arts décoratifs. Il expose depuis 1970 ses créations.



L’écriture de Rachid Koraïchi se lit en miroir. Il travaille sur soie, crée des tapisseries, peint sur parchemin, modèle l’argile, grave, utilise l’acier ou la pierre. Et quel que soit le support, la beauté, la puissance de l’œuvre sont telles que le trait semble l’oublier, va au-delà, vit son existence et danse et respire. Entre tradition et innovation, Rachid poursuit une œuvre enracinée dans sa culture et profondément contemporaine .

video

Il vit depuis de nombreuses années dans la Médina de Tunis où il a son atelier, voyage fréquemment en Algérie, en Égypte, en France et dans le monde entier. Il est présent dans de nombreux musées. Il a travaillé notamment avec Karel Appel. Ses amis poètes et écrivains l’ont accompagné dans ses recherches sur les signes. Il a mis en images de nombreux ouvrages dont La Poésie arabe et La Poésie algérienne (albums Dada) et plusieurs ouvrages lui ont été consacrés. Poursuivant cette initiation à la poésie, les somptueuses images de Poésie arabo-andalouse s’offrent aux mots et donnent à rêver de ces fameux jardins d’Espagne et d’un temps où régnait, grâce à la culture arabe, la tolérance entre les religions.


Bibliographie

Signes et désert : Baya, Larbi, Silem, Koraichi, Martinez, Mesli, (préfaces de Silem, Christiane Achour, Rachid Boudjedra, Malika Bouabdellah, Michel-Georges Bernard et Françoise Liassine), Ipso, Bruxelles, 1989.

Peintres du signe - Mesli, Martinez, Baya, Khadda, Koraïchi, Samta Ben Yahia, Silem, Sergoua, Mohand, Yahiaoui, Tibouchi, textes de Pierre Gaudibert, Nourredine Saadi, Michel-Georges Bernard et Nicole de Pontcharra, Fête de l’Humanité, La Courneuve, septembre 1998 (exposition itinérante).

Cinq fragments du désert, texte de Rachid Boudjedra, Éditions Actes Sud (Arles, France) / Éditions Barzakh (Alger, Algérie), 2007.

Les ancêtres liés aux étoiles, photographies de Ferrante Ferranti / textes de Farouk Mardam-Bey et Mohamed Kacimi, Éditions Actes Sud (Arles, France), 2008.
ISBN : 978-2-7427-7623-8
EAN13 : 9782742776238


Cet ouvrage retrace le cheminement de la famille Koraïchi, arrivée dans le désert algérien au VIIIe siècle, au moment de l'islamisation de l'Afrique du Nord. Dans le mausolée abritant les ancêtres ont été retrouvés des étendards comme on en trouve régulièrement sur les mausolées mystiques de l'islam. De là est partie l'idée de recréer un étendard par ancêtre pour remonter jusqu'au Prophète.

« Les étendards de soie constituent pour moi l'élément premier. L'atmosphère créée par cette forêt d'étendards suggère la présence invisible de tous ces ancêtres comme dans le cercle initiatique. La profusion de signes, de symboles, d'écritures délivre dans l'espace une nuée de talismans prophylactiques, magiques et intemporels comme une forme de bénédiction et de protection pour tous ceux qui viendraient à se perdre au milieu de ces textiles à la fois raffinés et lourds de sens.
Par respect des trois religions révélées, j'ai volontairement choisi pour chaque étendard trois soies de couleurs différentes, elles-mêmes brodées de trois couleurs de fil de soie. Ne dit-on pas en Islam que l'on ne peut être musulman sans croire au prophète Moïse et à Jésus, qui ont précédé le prophète de l'islam, Mohammed.
J'espère, comme tout artiste, qu'au bout de mon chemin de vie j'aurai posé au moins quelques jalons à travers une écriture plastique faisant le lien entre les rites, les cadences des musiques et des danses, pour arriver à faire mes incantations autrement qu'en prière.
Comme un bonheur n'arrive jamais seul, mon ami Ferrante Ferranti, qui revenait pour la première fois dans son pays natal, s'est trouvé porté par les ancêtres invisibles qui lui ont ouvert la voie du retour comme une offrande à l'amitié que je lui porte. »

Rachid Koraïchi

Une nation en exil : Hymnes gravés suivi de La Qasida de Beyrouth, avec Mahmoud Darwich, Éditions Actes Sud (Arles, France) / Editions Barzakh (Alger, Algérie), 2010.

fr.wikipedia.org - Rachid Koraichi
www.tv-ardeche.com
www.octobergallery.co.uk
Recherche personnalisée