Recherche personnalisée

mardi 15 juin 2010

Mouloud Mammeri


Mouloud Mammeri (1917-1989) est un écrivain, anthropologue et linguiste Algérien.

Mouloud Mammeri (Mulud At Mɛammar en Tamazight) est né le 28 décembre 1917 à Taourirt Mimoune (Ath-Yenni) en Haute Kabylie. Il fait ses études primaires dans son village natal. En 1928 il part chez son oncle à Rabat (Maroc), où ce dernier est alors le précepteur de Mohammed V. Quatre ans après il revient à Alger et poursuit ses études au Lycée Bugeaud (actuel Lycée Emir Abdelkader, à Bab-El-Oued, Alger). Il part ensuite au Lycée Louis-le-Grand à Paris ayant l'intention de rentrer à l'École normale supérieure. Mobilisé en 1939 et libéré en octobre 1940, Mouloud Mammeri s’inscrit à la Faculté des Lettres d’Alger. Remobilisé en 1942 après le débarquement américain, il participe aux campagnes d’Italie, de France et d’Allemagne.







Bibliographie

Romans :

La Colline oubliée, Paris, Plon, 1952, 2nde édition, Paris, Union Générale d’Éditions, S.N.E.D., col. 10/18, 1978 (ISBN 2264009071); Paris, Folio Gallimard, 1992 (ISBN 9782070384747 ).



Le Sommeil du juste, Paris , Plon, 1952, 2nde édition, Paris, Union Générale d’Éditions, S.N.E.D., col. 10/18, 1978 (ISBN 2264009081).



L’Opium et le bâton, Paris, Plon, 1965, 2nde édition, Paris, Union Générale d’Éditions, S.N.E.D., col. 10/18, 1978 (ISBN 2264009063), Paris, La Découverte (ISBN 2707120863) et 1992 (ISBN 9782707120861 ).

La Traversée, Paris, Plon, 1982, 2nde édition, Alger, Bouchène, 1992.



Nouvelles :

« Ameur des arcades et l’ordre », Paris, 1953, Plon, « La table ronde », n°72.
« Le Zèbre », Preuves, Paris, N° 76, Juin 1957, PP. 33-67.
« La Meute », Europe, Paris, N°567-568, Juillet-Août 1976.
« L’Hibiscus », Montréal, 1985, Dérives N°49, PP. 67-80.
« Le Désert Atavique », Paris, 1981, quotidien Le Monde du 16 Août 1981.
« Ténéré Atavique », Paris, 1983, Revue Autrement N°05.
« Escales », Alger, 1985, Révolution africaine; Paris, 1992, La Découverte (ISBN 270712043X).

Théâtre :

« Le Foehn ou la preuve par neuf », Paris, PubliSud, 1982, 2nde édition, Paris, pièce jouée à Alger en 1967.
« Le Banquet », précédé d’un dossier, la mort absurde des aztèques, Paris, Librairie académique Perrin, 1973.
« La Cité du soleil », sortie en trois tableaux, Alger, 1987, Laphomic, M. Mammeri : Entretien avec Tahar Djaout, pp. 62-94.

Traduction et critique littéraire :

« Les Isefra de Si Mohand ou M’hand », texte berbère et traduction, Paris, Maspero, 1969, 1978 (ISBN 046999278) et 1982 (ISBN 0052039X); Paris, La Découverte, 1987 (ISBN 001244140) et 1994 (ISBN 013383388).
« Poèmes kabyles anciens », textes berbères et français, Paris, Maspero, 1980 (ISBN 2707111503); Paris, La Découverte, 2001 (ISBN 978-2707134264).
« L‘Ahellil du Gourara », Paris, M.S.H., 1984 (ISBN 273510107X).
« Yenna-yas Ccix Muhand », Alger, Laphomic, 1989.
« Machaho, contes berbères de Kabylie », Paris, Bordas.


« Tellem chaho, contes berbères de Kabylie », Paris, Bordas, 1980.

Grammaire et linguistique :
« Tajerrumt n tmazigt (tantala taqbaylit) », Paris, Maspero, 1976.
« Précis de grammaire berbère », Paris, Awal, 1988 (ISBN 001443038).
« Lexique français-touareg », en collaboration avec J.M. Cortade, Paris, Arts et métiers graphiques, 1967.
« Amawal Tamazigt-Français et Français-Tamazigt », Imedyazen, Paris, 1980.
« Awal », cahiers d’études berbères, sous la direction de M. Mammeri, 1985-1989, Paris, Awal



MadeInKabylia — 8 septembre 2009 — Mouloud Mammeri est un écrivain, anthropologue et linguiste kabyle.
De son nom Mulud At Mɛammar en kabyle, il est né le 28 décembre 1917 à Tawrirt Mimmun (At-Yenni) en Kabylie.
En 1980, c'est l'interdiction d'une de ses conférences à Tizi-Ouzou sur la poésie kabyle ancienne qui est à l'origine des événements du Printemps berbère.
Il meurt le soir du 26 février 1989 des suites d'un accident de voiture, qui eut lieu près de Aïn-Defla à son retour d'un colloque d'Oujda (Maroc).


Documentaire extraordinaire sur Mouloud MAMMERI.
Diffusé récemment sur BERBERE TELEVISION et que je remercie beaucoup pour tout ce qu'elle fait.

Homme de lettres mondialement connu ; traduit dans onze langues, Mouloud MAMMERI est l’écrivain algérien le plus occulté en Algérie. Son nom n’apparaît que très rarement et très furtivement dans la presse nationale.
De tous les écrivains algériens que la colonisation a l’exil. Mouloud MAMMERI est le premier à regagner dés l’indépendance de l’Algérie qu’il n’a plus quitté depuis. Premier président de l’union des écrivains algériens. Il connu une période de gloire «institutionnelle» ou l’on a sollicité son point de vue dans les journaux. Où il a vu le théâtre national algérien monter sa pièce freha, l’ONCLC produire un filme tiré de son roman l’opium et le Bâton. Puis retiré du hale des honneurs et des gratifications officielles. Mouloud MAMMERI a mené une carrière d’écrivain et de chercheur caractérisé par une fidélité sereine à certaines idées et certains idéaux. Une réflexion qui échappe aux grandes rigueurs d’analyse. Une honnêteté intellectuelle indéniable.
De tous grands écrivains maghrébins qu’ont débuté dans les années 50 et qu’on a dénommés « la génération 52 » - celui qui a le moins publié ceci s ‘explique sans doute par immense contribution qu’il a apporté sous forme de travaux anthropologique, grammaticaux, linguistique ou littéraires au domaine culturel berbère. Cette contribution est aussi déterminante que courageuse; c’est l’une des plus importantes de ce siècle.
Romans : "La Colline oubliée" , 1952
"Le Sommeil du juste", 1952
"L’Opium et le bâton", 1965
"La Traversée" , 1982



Wikipedia - Mouloud Mammeri
books.google.com - Humanisme et islam: combats et propositions Par Mohammed Arkoun
Mouloud Mammeri ou La Colline retrouvée par Pierre Bourdieu.pdf
Mouloud Mammeri et le syndrome identitaire par Mohamed-Lakhdar Maougal
Relecture de La Colline oubliée de Mouloud Mammeri - Mémoire de D.E.A. Présenté par Nadjia LACETE -TIGZIRI
Recherche personnalisée