Recherche personnalisée

vendredi 11 juin 2010

Abdelwahab Meddeb


Abdelwahab Meddeb, né en 1946 à Tunis, est un écrivain, poète et animateur de radio franco-tunisien.

Directeur de la revue internationale Dédale, il enseigne la littérature comparée à l'Université Paris X. Il est aussi professeur invité dans de nombreuses universités (dont Yale et Genève). Il anime l'émission Cultures d'islam sur France Culture.




Publications

Talismano, Sindbad, 1979
ISBN-10 : 272740140X
ISBN-13 : 978-2727401407


Meddeb ne promet rien - qu'une débauche. Celle, d'abord, des sens - à l'entrée du roman, une ville Tunis, se déploie, odeurs et ombres, comme l'assouvissement d'un désir érotique. Mais aussi du sens - ravivant l'hérétique et le païen, le roman s'achève par le sacrifice d'un taureau. Talismano dessine la mosaïque secrète qui emboîte la tendresse des corps à la transe de la foule... Sans doute fallait-il un étranger, c'est-à-dire quelqu'un qui ne ressemble pas à son image, pour que le français, qui n'y est pas docile s'ouvre ainsi à l'ivresse.
Gérard Dupuy, Libération

Talismano a aussi cette qualité rare - que l'on retrouve entre autres chez Artaud d'Héliogabale, le Céline du Voyages ou le Burroughs des Enfants sauvages - d'être sombre de dansante et agressive manière.
Malek Alloula, Le magazine littéraire

C'est un écrivain exeptionnel qui, en français, dit magistralement l'Islam.
Gilles Costaz, Le Matin de Paris

Cette recherche et ce blasphème s'inscrivent parmi ce qui nous est venu de plus fort du Maghreb depuis Kateb Yacine.
Jacques Berque, Le Monde

Phantasia, Seuil, 1986
ISBN : 2-02-060319-5
EAN : 9782020603195


Le personnage marche dans Paris, les sens aux aguets, l’esprit à l’affût, captant la sensation qui transfigure et l’idée qui illumine, à travers la saisie des objets qui fascinent en leur familiarité. Le moi, multiplié, est nommé dans ambivalence des pronoms. Comme pour situer le protagoniste dans la fragilité que procure l’insatiable quête de l’image féminine de la changeante Aya, possédée, imprenable. D’élévation en descente, le narrateur et son double voient avec le regard de dieu, ou s’égarent dans la cécité du chaos. Telle est l’inspiration de qui advient à la qualité d’étranger, jubilant dans sa vocation d’iconoclaste passager. En ses péripéties, se déploie un nouveau genre où, à la description qui fonde le roman, s’allient les visions de la poésie et la lucidité de l’essai, à la faveur d’une technique qui approche du collage, en sa façon d’intégrer, dans le flux ininterrompu, des signes et des traditions réputés inconciliables.

Tombeau d'Ibn Arabi, 1987
ISBN-10 : 2851943871
ISBN-13 : 978-2851943873


Les dits de Bistami, 1989
ISBN-10 : 2213023824
ISBN-13 : 978-2213023823


Abù Yazid Bistami, qui vécut en Perse entre le VIIIème et le IXème siècle, est des plus grandes figures du soufisme. Son enseignement était oral, mais ses propos furent recueillis et traduits en arabe aprés sa mort. Il doit sa célébrité aux Shatahât, ces dits d'extase, à la limite de l'impiété par leur audace, qui témoignent de la descente de Dieu dans l'homme et la perte de toute identité dans ce ravissement. De ce grand mystique "aux fusées d'orgueil étrange" Louis Massignon disait qu'il avait atteint à "une sorte de suspens de l'âme, qui plane immobile, dans l'intervalle entre le sujet et l'objet pareillement annihilés".
La présente traduction offre pour la première fois aux lecteurs français, dans leur quasi-intégralité, les Dits paradoxaux et souvent sublimes de Bistami. Elle est due à l'écrivain et poète tunisien Abdelwahad Meddeb, dont l'une des sources de création est le soufisme.

La gazelle et l'enfant, 1992
EAN13 : 9782869433618


En accord avec l'origine littéraire du mythe de l'homme seul sur une île déserte, ce conte théâtral va plus loin encore : vers la tragédie grecque, vers l'art du nô.

Récit de l'exil occidental par Sohrawardi, 1993

Les 99 stations de Yale, 1995


Image et l'Invisible, Maisonneuve & Larose, 1995
ISBN-10 : 2706811757
ISBN-13 : 978-2706811753

Ré Soupault. La Tunisie. 1936-1940, 1996

Blanches traverses du passé, Wunderhorn, 1997
ASIN : B003EMH4MS

En Tunisie, avec Jellal Gasteli et Albert Memmi,Koehler, 1998
ISBN-10: 2710706326
ISBN-13: 978-2710706328


Aya dans les villes, Fata Morgana, 1999
ISBN-10 : 285194486X
ISBN-13 : 978-2851944863


Matière des oiseaux, Fata Morgana, 2002
ISBN-10 : 2851945548
ISBN-13 : 978-2851945549

La maladie de l'islam, Seuil, 2002
ISBN : 2-02-078847-0
EAN : 9782020788472


Si, selon Voltaire, l'intolérance fut la maladie du catholicisme, si le nazisme fut la maladie de l'Allemagne, l'intégrisme est, comme le démontre ce livre, la maladie de l'islam.
Pour comprendre la genèse de cette maladie, il faut remonter loin dans l'histoire, à la Médine du Prophète (VIIe siècle), à la ville de Bagdad au temps des Abbassides (IXe siècle), à celle de Damas au XIVe siècle, après la fin des Croisades, à l'Arabie du XVIIIe siècle... C'est à ce voyage que nous invite ce livre, pour comprendre les raisons internes de la maladie d'islam, mais aussi les causes externes qui l'exacerbent : non-reconnaissance de l'islam par l'Occident ; reniement des principes par les Occidentaux dès que leurs intérêts le réclament, hégémonie qu'ils exercent dans l'impunité et l'injustice - en particulier, de nos jours, sous la figure de l'Américain.

Face à l'islam, entretiens, 2003, Textuel
ISBN : 2-84597-071-4
EAN : 9782845970717


L'islam est-il conciliable avec la République ? L'Islam est-il rebelle à la pensée critique ? L'Europe est-elle islamophobe ? Contempteur de l'islamisme et excellent guide dans la " forêt d'Islam ", Abdelwahab Meddeb aborde ces questions sans jamais réduire leur complexité.
Car la dénonciation de l'obscurantisme ne doit pas nourrir la haine de l'Islam. Pour mieux combattre les fanatiques, il faut révéler la voie des Lumières. Par une patiente argumentation, empreinte de sa "double généalogie" entre Orient et Occident, Meddeb s'oppose ici avec une fermeté sans faille aux propagateurs de l'intégrisme dans le sens commun, faux modérés et usagers néfastes du Coran. Ce livre n'est pas un manifeste de plus.
Il est l'affirmation raisonnée d'un pari contre toutes les barbaries et les régressions de l'esprit.

Saigyo. Vers le vide avec Hiromi Tsukui, Albin Michel, 2004
ISBN : 2-226-15183-4
EAN : 9782226151834


Saigyô (1118-1190) est sans doute le poète le plus révéré du Japon ancien.
Les cent quatorze poèmes regroupés ici sont pour la plupart extraits du Sanka shû, " Recueil de la demeure dans la montagne ", oeuvre presque millénaire et extrêmement populaire aujourd'hui encore. Les vers habités de ce fils d'une grande famille de guerriers, qui prit l'habit monastique à vingt-trois ans pour se consacrer à la poésie, sont ici proposés en version bilingue, traduits par les poètes Hiromi Tsukui et Abdelwahab Meddeb.
Les ?uvres calligraphiques qui accompagnent le texte font résonner le timbre délicat de cette poésie du corps, de l'esprit, du coeur.

L'exil occidental, Albin Michel, 2005
ISBN : 2-226-15897-9
EAN : 9782226158970


En écho à la pensée du mystique persan Sohrawardi sur le thème de " l'exil occidental ", Abdelwahab Meddeb nous Invite à partager l'épreuve de l'étranger.
Dans sa vérité. l'exil n'est pas un simple déplacement, il induit une tension entre deux moments de l'être, noués dans l'ambiguïté du désir. C'est à partir de cette expérience que se déploie l'oeuvre de ce poète de langue française né à Tunis et qui se définit comme " errant et polygraphe ". De la poésie préislamique aux émigrés de Tanger, des déserts de l'enfance à la désolation d'Auschwitz en passant par Tunis, New York et le Japon, l'?uvre d'Abdelwahab Meddeb explore toutes les dimensions de l'aventure humaine.

Tchétchénie surexposée avec Maryvonne Arnaud, Bec en l'air (Le), 2005
ISBN : 2-916073-07-8
EAN : 9782916073071


Contre-prêches. Chroniques, Seuil, 2006
ISBN : 2-02-088535-2
EAN : 9782020885355


La critique dont l'Islam a besoin pour s'adapter au siècle est en train d'avoir lieu.
Et elle continuera, malgré les anathèmes et les résistances de toutes sortes. Ses effets iront en s'accumulant, même si l'actualité des crimes donne à ce débat une dimension tragique. C'est que l'histoire est tragique, et l'islam n'échappera pas à cette épreuve. Nul doute que le droit finira par s'imposer aux criminels. Mais, en attendant, il faut que, sans contrainte, la parole s'exprime et touche au plus sensible, qu'elle lève des tabous et des interdits : ce sera un défi aux pulsions de mort.
L'islam, cet ouvrage le dit haut et fort, a su célébrer la Vie, et il le peut encore ! En Europe et dans le monde, l'islam est aujourd'hui au carrefour de ses avancées et de ses archaïsmes, partagé entre ceux qui croient aux valeurs de la démocratie, de la liberté, de la création venue de l'homme, et ceux qui, aveuglés par leur fanatisme, les dénient au nom d'un mythique recours à ce qu'ils appellent la "souveraineté divine".
Dans ces Contre-prêches - qui sont tout sauf des prêches ! - Abdelvvahab Meddeb montre que l'islam a déjà eu, dans sa culture et son histoire, les capacités, la force de rébellion et les audaces nécessaires pour assumer ses mutations. Cet examen critique l'aidera à entendre la raison libre quand elle réfute avec tranchant la foi qui prêche la servitude et assigne aux humains un destin sot et détestable.

Islam, la Part de l'Universel, ADPF, 2006
ISBN : 2914935048
ASIN : B001V7OZ4I

Saison de la migration vers le Nord, Actes Sud, 2006
ISBN : 2-7427-6639-1
EAN : 9782742766390

 

Au jeune étudiant rentré au pays après un séjour en Europe, Moustafa Saïd entreprend de raconter son histoire : celle d'un destin déchiré entre la vie immémoriale de l'Afrique et le mouvement de l'Occident. Moustafa Saïd en effet a passé de nombreuses années en Angleterre, où il a mené des études brillantes, séduit de nombreuses femmes, provoqué le suicide de deux d'entre elles, brisé le mariage d'une autre... Sur sa vie plane une ombre de mystère. Peu de temps après son récit, inachevé, il meurt noyé dans le Nil, alors qu'il était excellent nageur : son confident tentera dès lors de remonter le cours d'une vie complexe, de comprendre qui fut réellement le fascinant Moustafa Saïd, et c'est avec une science dramatique extrême que l'auteur distille les éléments de cette envoûtante enquête.

La Conférence de Ratisbonne, enjeux et controverse, avec Jean Bollack et Christian Jambet, Bayard, 2007
ISBN : 978-2-227-47683-7
EAN : 9782227476837

 

Le 12 septembre 2006, Benoît XVI prononce à l'université de Ratisbonne une conférence savante et subtile qui déclenche dans le monde musulman de violentes réactions.
Par retour, l'affaire soulève de virulentes attaques contre l'islam et le Coran. Le malentendu engendre la caricature et déchaîne l'ignorance. Il était dès lors urgent de revenir sur le texte pontifical, et d'en étudier posément le contexte historique et philosophique. Les trois auteurs rappellent avec force le motif principal de la leçon du pape : la défense du logos et de l'unité de la raison, aux origines de notre histoire philosophique et religieuse, doit de nouveau servir pour le dialogue entre les cultures.
Parmi les enjeux fondamentaux, se reconnaît la possibilité de partager par la médiation grecque l'identité d'un logos vers lequel convergeraient chrétienté et islam. Encore faut-il réveiller le conflit des interprétations au sein des traditions elles-mêmes pour contrer la violence faite à la notion de Dieu et aux textes sacrés qui la mettent en scène. Nous publions en annexe la traduction inédite en français d'une lettre que trente-huit oulémas de différents pays musulmans ont adressée à Benoît XVI en réponse à sa conférence (traduction de l'arabe assurée par François Clément, de l'université de Nantes).

Sortir de la malédiction. L'islam entre civilisation et barbarie, Seuil, 2008
ISBN : 978-2-02-096140-0
EAN : 9782020961400

 

"C'est dans la désolation d'Auschwitz que prit pour moi un sens actuel le "pré de malédiction", cette expression d'Empédocle d'Agrigente pour désigner le lieu où agit le démon de la discorde, de la haine, du mal - auxquels s'oppose l'action du dieu mû par l'amour...
Ce "pré de malédiction" est toujours là, à disposition pour les candidats qui se proposent de l'occuper. Après les forces du mal européennes, de genèse chrétienne, le voilà investi par celles d'islam. L'horreur se déplace ainsi à travers les croyances, les langues, les nations, les peuples, les cultures... Des communautés croient y gagner leur régénération, mais elles dégénèrent et s'abîment. Pour sortir de ce pré, nous devons le savoir et agir en conséquence, dénoncer l'inacceptable et donc le désigner sans relâche.
Notre honneur est d'être l'allié du dieu qui incarne le pôle contraire, celui dont le défi consiste à avaler le démon qui répand le sang sur le pré de malédiction... D'être du côté du juste qui se détache de sa communauté pour conjurer le mal qui la taraude et l'anime contre autrui."

Pari de civilisation, Seuil, 2009
ISBN : 978-2-02-097465-3
EAN : 9782020974653


En reprenant à leur compte le passé islamique qui a fait évoluer sinon muter la civilisation, les musulmans sortiront des frontières de leur identité restreinte pour agir sur la scène du monde.
Est proposée ici une série de relectures du Coran et de la Tradition pour conduire ce travail de mémoire et de dépassement. Il est demandé à l'islam, pour sortir de son marasme, de rejoindre une modernité à hauteur de celle qu'ont réussie juifs et chrétiens. Pour cela, il ne suffit pas, comme s'y engagent les États islamiques - l'Arabie saoudite par exemple -, d'encourager un " islam du juste milieu " opposé aux interprétations radicales des islamistes.
Certes, cet appel à la modération contre toutes les surenchères est fondé sur le Coran. Mais ce pas louable reste, ô combien, timide, surtout par rapport à l'islam en Europe. En effet, les citoyens musulmans du Vieux Continent sont capables de vivre sans restriction dans l'esprit du droit positif et de la charte des droits de l'homme, en se détournant de toute référence à la sharî'a. Ils sont en mesure de pratiquer un culte spiritualisé, nourri, entre autres, par le riche fonds du soufisme.
Ce n'est pas dans le déni de soi mais par son affirmation libre que le sujet d'islam sera un acteur efficace dans l'horizon d'une cosmopolitique post-occidentale.

La plus belle histoire de la liberté, avec Nicole Bacharan et André Glucksmann, Seuil, 2009
ISBN : 978-2-02-100093-1
EAN : 9782021000931


C'est un combat millénaire, sans cesse recommencé, pour s'affranchir des contraintes, des esclavages, des tyrannies, et conquérir le droit de penser, de s'exprimer, de circuler, d'aimer, ou simplement d'être vivant.
La liberté... Qui donc, un jour, en a rêvé le premier ? Comment cette idée a-t-elle évolué au fil des siècles, des cultures, des civilisations ? Comment l'homme a-t-il concilié son libre arbitre face à Dieu et à la société? La liberté s'oppose-t-elle fondamentalement à l'égalité? Vingt ans après la chute du mur de Berlin, c'est à un grand voyage que nous convient les trois auteurs, du creuset des Grecs antiques à l'élection de Barack Obama en passant par les révolutions des Lumières, le 11-Septembre, les terres d'islam hier et aujourd'hui.
Un voyage sans concession - la liberté n'est-elle pas le plus grand bien et le plus grand danger ? - mais non sans passion, où on croisera Socrate, Antigone, Thomas Jefferson, Martin Luther King, Jésus-Christ et Mahomet, ou encore Vaclav Havel et Anna Politkovskaïa. Ce livre raconte assurément l'une de nos plus belles histoires, pleine de fracas et de rêves, en nous invitant à une profonde réflexion sur nous mêmes.

Morceaux choisis :

L’étranger en face
de ce qui rayonne
lumière sur les feuilles
le vert
s’argente
et vibre au vent

éclats qui
dansent
en plein soleil

l’ombre assombrit
la terre qui,
pas après pas, se lève

bouquets de poussière
s’alliant au brillant
des feuilles

pellicule sur quoi s’imprime
le passage des fourmis

(les aïeux en faisaient une bouillie)

La vue qui ressort de la mémoire
est bue
par les vestiges de la retraite
qui avait accueilli le soufi
sur le sol d’Andalousie

avait-il cueilli une branche
à midi quand les fleurs ont été battues
par la pluie qui fixe la poudre
et filtre l’air ?

la forêt se recueille
transparente
au creux de la main moite

je n’attendrai pas par canicule
le retour de la brume –
pour jouir de ses aires de fraîcheur

là-bas au voisinage du chêne
et des glands dont se paît
la bête aux pattes noires

plus bas sur l’autre rive
la steppe cède
au tapis d’alfa et d’armoise

y humer la fleur
d’un seul jour
née de l’ondée soudaine
qui lave les jujubes

sur l’argile qui craquelle
il m’est arrivé de planter la tente

et de tremper au petit matin
mon pain dans le suc
qui a coulé d’entre les pierres

pour tacher de si près la toile

au front de l’odeur âpre
émanant des meules
se répandant dans les airs

le long d’un chemin qui cahote
vers la haine
cendre chaude enterrée sous le sable

ne vous ai-je pas dit
que ces arbres dansent en attendant
la saison

où mon fantôme
se découvre à la poursuite du jus
qui s’extrait des fruits ?

la chair
autour du noyau gicle

faut-il les cueillir
tant qu’ils restent verts
ou attendre qu’ils s’adaptent au noir ?

j’en aurais fait une encre violette
pour transcrire ces mots
sur le blanc de la serviette

dès que la joue en reçoit l’embrun

noyau pressé transmue
le fluide en liqueur d’or

avant de frôler les parois
de la gorge qui reçoit
une aura de noisette

la peau aussi s’en enduit
et le pied oint perd l’allée du roc

celle même qui piège
le tronc chargé d’ans

le flux relâche le tissu
des talons
portant la stature du héros

coureur ou lanceur de paix

il faudra le couronner d’un rameau
qui célèbre du vert son lot d’argent

j’ai encore peu dit de ces corps
noués démultipliés verrues
enchaînées aux sillons

fendus troués traversés par le vide

là se creuse la niche de prière

maison de l’orant qui s’éprend
d’archives millénaires
traçant les années fastes
et les irruptions de soif

au voisinage des raquettes d’épines
qui délivrent le Sabra de sa colère

il arrache l’olivier

très présent sur l’esplanade
où s’égrène la souvenance
qui mêle le sacré au saint

il l’exhibe renversé
la tignasse des racines
enveloppée de terre
entre la coupole d’or

et le mont qui au pluriel
en exalte le nom

au galop du cheval ailé

comme frondaison d’argile
lente à se mouvoir avec le souffle

il est temps de changer d’abri

s’éloigner des coteaux de Galilée
et suivre les files qui coupent
les champs de Calabre

à moins de cingler marin
attiré par les crânes qui scintillent
sur l’île où croissent

les fleurs de l’oubli

et donner à l’arbre le sens du voyage

dans la blancheur j’en touche
le masque migrant

vers la brume de Paris

en un jardin qui par temps de givre
rêve de paix

déplacé des franges du désert
au pays où le béton est maître

encore faut-il dessiner des rigoles
qui – où ça manque –
orientent l’eau goutte à goutte

sur une terre en quête de salut

la voix verte le rappelle
quitte à avaler toutes les directions
à affoler la rose des vents

à désorienter les boussoles

tel l’aimant le fer
le bec de la lampe
retient la flamme

pour donner
lumière à la lumière

ni d’Occident ni d’Orient

les amants mettent à nu
l’entaille de leurs greffes

ils montent à cru des souches
glissant à la manière de serpents
enroulés autour de la jarre
qui de vin bouillonne

l’automne les oiseaux crépitent

autour des fruits mûrs

attrapés par le filet jeté
sur les branches

savourer en leur chair
l’olive qui l’a nourrie

chair qu’imprègne la graisse
nuées qui chuintent

fruit du fruit sur le fruit même

ça se déguste au soir
lorsque l’eau passe par le réseau
où s’entend l’heure

elle s’écoule
au grincement de la clepsydre

noria taillée dans le bois

qui provient de l’arbre mort
où loge l’oiseau d’octobre
friand de l’huile qui le dore

et dont le lustre se projette

sur la face de l’étranger messie
tel qu’en lui le droit abolit
tout devoir









Séminaire de l'institut DU TOUT-MONDE.
Conférence d'ABDELWAHAB MEDDEB : Le VIVANT plus que le VRAI en PEINTURE,
"FEMMES D'ALGER DANS LEUR APPARTEMENT" de DELACROIX,
9 Mars 2010, MAISON de l'AMERIQUE LATINE, PARIS


fr.wikipedia.org
Jérusalem, le 19 novembre 2008
Recherche personnalisée