Recherche personnalisée

vendredi 7 mai 2010

Kermousse El N'ssara

Kawter Krim. Fille benjamine de Krim Belkacem : Mon père n’est pas une fiction

« Mon père est mort dignement. Je ne veux pas qu’on salisse sa mémoire. Laissez-le reposer en paix.

Je me sens agressée quand je lis les déclarations de Rachid Boudjedra dans la presse, quand je lis son roman* ! Il accuse mon père d’avoir assassiné Abane Ramdane. Il fait des parallèles dans son roman entre “l’assassin de Abane“ et le colonel Bigeard ! C’est inadmissible. Pourquoi le ministère de la Culture, celui des Moudjahidine, l’Organisation nationale des moudjahidine ne réagissent-ils pas quand un auteur insulte et accuse mon père d’assassinat ? Où sont ses compagnons d’armes ? J’entends dire que le projet du réalisateur Ahmed Rachedi sur mon père a été bloqué. Je voudrais savoir pourquoi. Nous sommes sa famille, on voudrait savoir de quoi il s’agit. Mais personne ne nous dit rien. Il ne s’agit pas de museler la parole, d’être contre la liberté d’expression. Mais un romancier ne peut balancer des accusations aussi graves sans apporter des preuves, des documents, des témoignages.



Pourquoi mélanger dans un roman séquences intimes et figures historiques ? Krim Belkacem n’est pas une fiction, c’est une réalité ! Il faut respecter les symboles de notre Révolution ! Krim Belkacem a mené un rude combat, il a subi l’exil, sa famille aussi, il a même été exilé en tant que mort puisqu’il a n’a été enterré dans son pays qu’en 1984, 14 ans après son assassinat en Allemagne, on ne lui rend pas hommage dans son propre pays, il n’a même pas le statut de martyr, on ne sait même pas si sa condamnation à mort a été annulée, et pour finir on le traite d’assassin ! A t-on pensé aux jeunes générations qui ont une vision incomplète de l’histoire du fait du système éducatif, et qui tombe sur ce genre de roman ? Quelle vision auront-elles de l’histoire de la Révolution ? De ses héros ? Nous serons heureux qu’un jour les Algériens découvrent la vraie histoire de la guerre de Libération. Il existe des archives, des ouvrages, des témoins encore vivants. »

Rachid Boudjedra, Les Figuiers de Barbarie, éditions Barzakh, Alger, 2010.

www.elwatan.com
www.bibliosurf.com
Recherche personnalisée