Recherche personnalisée

dimanche 24 janvier 2010

Tahar Djaout

Tahar Djaout (1954-1993) est un écrivain, poète et journaliste algérien d'expression française. En 1993, il fut l'un des premiers intellectuels victime de la « décennie du terrorisme » en Algérie.

D'origine kabyle, Tahar Djaout est né le 11 janvier 1954 à Oulkhou (Ighil Ibahriyen) près d'Azeffoun en Kabylie.

En 1970 sa nouvelle Les insoumis reçoit une mention au Concours littéraire « Zone des tempêtes ». Il achève ses études l'année suivante au Lycée Okba d’Alger et obtient en 1974 une licence de mathématiques à l’Université d’Alger, où il s’est lié avec le poète Hamid Tibouchi.


Le Lycée OKBA,face au jardin public de Prague (ex-Marengo), situé à la rampe Louni Arezki à l'entrée du quartier de Bab El Oued.
Tahar Djaout écrit ses premières critiques pour le quotidien El Moudjahid, collabore régulièrement en 1976 et 1977 au supplément El Moudjahid Culturel puis, libéré en 1979 de ses obligations militaires, reprend ses chroniques dans El Moudjahid.

Tahar Djaout en 1980
Responsable de 1980 à 1984 de la rubrique culturelle de l’hebdomadaire Algérie-Actualité, il y publie de nombreux articles sur les peintres et sculpteurs (Baya, Mohammed Khadda, Denis Martinez, Hamid Tibouchi, Mohamed Demagh) comme sur les écrivains algériens de langue française dont les noms et les œuvres se trouvent alors occultés, notamment Jean Amrouche, Mouloud Feraoun, Mouloud Mammeri, Mohammed Dib, Rachid Bey, Jean Sénac, Bachir Hadj Ali, Hamid Tibouchi, Messaour Boulanouar, Youcef Sebti, Kamel Bencheikh, Abdelhamid Laghouati, Malek Alloula, Nabile Farès ...

En 1985 Tahar Djaout reçoit une bourse pour poursuivre à Paris des études en Sciences de l’information. De retour à Alger en 1987, il reprend sa collaboration avec "Algérie-Actualité". Alors qu'il continue de travailler à mieux faire connaître les artistes algériens ou d'origine algérienne (par exemple Mohamed Aksouh, Choukri Mesli, Mokhtar Djaafer, Abderrahmane Ould Mohand ou Rachid Khimoune), les événements nationaux et internationaux le font bifurquer sur la voie des chroniques politiques.

Il quitte en 1992 Algérie-Actualité pour fonder avec quelques uns de ses anciens compagnons, notamment Arezki Metref et Abdelkrim Djaad, son propre hebdomadaire : le premier numéro de Ruptures, dont il devient le directeur, paraît le 16 janvier 1993.

Victime d'un attentat islamiste organisé par le FIS (Front islamique du salut), le 26 mai 1993, alors que vient de paraître le n° 20 de son hebdomadaire et qu’il finalise le n° 22, Tahar Djaout meurt à Alger le 2 juin et repose dans son village natal d'Oulkhou.

Après sa disparition la BBC réalise sur lui un documentaire intitulé « Shooting the Writer », avec la participation de Rachid Mimouni.

Bibliographie

Signature de Tahar Djaout

- Solstice barbelé, Poèmes 1973-1974, couverture et 3 dessins de Denis Martinez, Naaman, Sherbrooke, Québec, Canada, 1975.

il avait cherché en vain
l’ombre salutaire des figuiers
dans ce désert d’argile sèche
que malaxent les tornades

lorsqu’il arriva à la première oasis
des hommes
mollement étendus sous les palmiers
après s’être désaltérés
lâchèrent sur lui leurs chiens

et déchargèrent leurs fusils
et les tripes dans les mains
il est reparti loin
très loin
sous le soleil couchant

Tahar DJAOUT
(Extrait de "Solstice barbelé", Naaman, Sherbrooke, Canada, 1975)

- L’Arche à vau-l’eau, Poèmes 1971-1973, Saint-Germain-des-Prés, Paris, 1978.

- Insulaire & Cie, Poèmes 1975-1979, couverture de Denis Martinez, l'Orycte, Sigean, 1980.

- L’Exproprié, Roman, 1974-1976, Société Nationale d’Édition et de Diffusion, Alger, 1981.

- L’Oiseau minéral, Poèmes 1979-1981, couverture et dessins de Mohammed Khadda, l'Orycte, Alger, 1982.

- L’Étreinte du sablier, Poèmes 1975-1982, "Écrivains Algériens au présent" n° 6, Centre de Documentation des Sciences Humaines, Université d’Oran, 1983.

- Les Rets de l'oiseleur, Nouvelles, 1973-1981, couverture et dessins de Slama, Entreprise Nationale du Livre, Alger, 1984.

- Les Chercheurs d'os, Roman, Seuil, Paris, 1984,
ISBN : 2020067102
Réédition dans la Collection "Points', n° 824, Seuil, 2001
ISBN : 2020484919



Accompagné d'un de ses parents, un adolescent part à la recherche des restes de son frère aîné, mort au combat pendant la guerre de libération en Algérie. Sous ses yeux, s'ouvre le monde violent des adultes, dans une société en mutation qui passe de la domination coloniale à la souveraineté nationale.

- Les Mots migrateurs, Une anthologie poétique algérienne, présentée par Tahar Djaout, (Youcef Sebti, Rabah Belamri, Habib Tengour, Abdelmadjid Kaouah, Hamid Tibouchi, Mohamed Sehaba, Hamid Nacer-Khodja, Tahar Djaout, Amine Khan, Daouia Choualhi), Office des Publications Universitaires, Alger, 1984.

- Mouloud Mammeri, entretien avec Tahar Djaout, suivi de " La Cité du soleil ", Laphomic, Alger, 1987.

- L'Invention du désert, Roman, Seuil, Paris, 1987
ISBN : 2020095173
EAN13 : 9782020095174


Afin de répondre à une commande éditoriale, un homme s'applique à écrire l'histoire d'une dynastie médiévale venue des confins du Sahara pour soumettre tout le Maghreb. Mais ressusciter le passé est une entreprise qui peut lâcher soudain sur le présent des hantises et des démons insoupçonnés. En marge de sa tâche, l'homme rêve sur les déserts : celui de l'Afrique du Nord, celui de l'Arabie et aussi celui de la ville d'Europe où il s'est réfugié pour écrire. " Écrire dans les villes froides ... Ma tête est semblable à ces outres où les Indiens transportent, au gré de leurs migrations, les os de leurs ancêtres. L'histoire almoravide clignote dans un lointain assoupissement, elle cliquette à l'intérieur de mon crâne, avec des remontées brutales qui allument un feu sous l'occiput. Alors, le désert et son été perpétuel crèvent l'écorce du monde. Une enclume infatigable s'installe dans le ciel, allumant des étincelles dans l'atmosphère en kermesse. C'est quelque chose de propre au désert, cette désolation qui rit. "

- Les Vigiles, Roman, Seuil, Paris, 1991, Prix Méditerranée.
Réédition dans la Collection Points, Seuil, n° 171, 1995.
ISBN : 2020127660
EAN13 : 9782020261951


Dans l'Algérie des années 1980, un jeune professeur invente une machine et ses ennuis commencent ... En fin de compte son mérite sera reconnu mais l'administration et les politiciens auront trouvé leur bouc émissaire. Une fable proche de la satire douce. Pour Salima Aït Mohamed, il s'agit d'une "fresque de l'Algérie en détresse.

Ce roman corrosif sur la société algérienne d'aujourd'hui est le dernier livre publié par Tahar Djaout, écrivain et journaliste assassiné à Alger en juin 1993 : il était devenu, par son talent et son courage tranquille, le symbole de la résistance au fanatisme.

- Pérennes, Poèmes 1975-1993, précédé de "Pour saluer Tahar Djaout" par Jacques Gaucheron, couverture et encres de Tibouchi, "Europe/Poésie, Le Temps des Cerises", Paris, 1996
ISBN : 2841090566

- Le Dernier Été de la raison, Roman, Seuil, Paris, 1999
ISBN : 2020367106
EAN13 : 9782020367103


Le dernier texte posthume de Tahar Djaout, assassiné à Alger le 2 juin 1993, une fable politique et poétique où éclatent son talent littéraire et sa grandeur d'âme. Les Frères Vigilants ont pris le pouvoir. Boualem Yekker, un petit libraire, résiste à l'oppression, avec une douce détermination que rien ne fléchit. Les livres, les rêves et les souvenirs d'enfance sont ses armes, l'intelligence, la beauté, la bonté ses espoirs ... Lire la suite " On n'a pas encore chassé de ce pays la douce tristesse léguée par chaque jour qui nous abandonne. Mais le cours du temps s'est comme affolé, et il est difficile de jurer du visage du lendemain. Le printemps reviendra-t-il ? "

- Fragments d'itinéraire journalistique, Dar El Gharb, Oran, 2004.

Tahar Djaout Shooting The Writer








fr.wikipedia.org - Tahar Djaout
en.wikipedia.org - Tahar Djaout
www.unesco.org
Recherche personnalisée